25 avril 2018

Les raisons de la colère


Légèreté, ironie pour raconter les "affaires ouistrehamaises" ... oui... mais il y a un moment où seule la colère peut résumer les choses ! Alors laissons aller cette colère !


Quiz destiné à Monsieur Hitier et ses amis qui trouvent la justice trop sévère, qui s'accommodent de l'illégalité, laissent ruiner la ville en opérations stupides, instaurent le mensonge en art de diriger, font fi de ce qu'endurent les Ouistrehamais ...


Article de LIBERTE du 18/04/2018 : Lien


- Qui a changé le nom de la commune sans avoir attendu le décret du Conseil d’État, se mettant ainsi dans l'illégalité ? (https://www.collectivites-locales.gouv.fr/changement-nom-dune-commune-0). Une invention de bédouins ?

- Qui s'est approprié le fichier des adhérents d'une association pour en stigmatiser la présidente, pratique contraire au principe constitutionnel de la liberté d'association, se mettant là encore dans l'illégalité ? (https://www.cnil.fr/fr/les-fichiers-des-associations-en-questions). Une invention de bédouins ?

- Qui a fait preuve de népotisme avéré avec l'affectation de sa "compagne" à l'école de Ouistreham alors qu'elle était en poste dans l'Orne sans l'ancienneté requise (passant ainsi devant 38 enseignants révoltés), tordant la réglementation appliquée à l’Éducation nationale ? Une invention de bédouins ?

- Qui a eu ses comptes de campagne municipale rejetés par la Commission Nationale des Comptes de Campagne et du Financement Politique (CNCCFP) parce que le montant légal autorisé par la loi était dépassé ? Une invention de bédouins ? 

- Qui a fait faire de multiples études pour rien (hôtels 5* à différents endroits, salle de spectacles...), a réalisé des opérations "com" stupides qui furent un vrai fiasco (Opération Bourgnon, Super Mamie, The plage to be avec ses produits dérivés, ...), a acheté des choses absurdes (pyramides gonflables, bus sans roues, ...), a régalé ses amis dans des réceptions sélectes... malmenant les finances de la ville ? Une invention de bédouins ?

- Qui s'est fait voter des mandats spéciaux lui permettant de se déplacer partout en Europe au frais de la ville (Nicosie, Londres, Bruxelles, Dubrovnik, Helsinki en partie, Saint-Tropez...) tout en prétendant que ces financements étaient pris en charge par des organismes extérieurs, utilisant le mensonge pour faire passer cette gabegie ? Une invention de bédouins ?

- Qui s'est fait débouter par le Tribunal administratif pour un partenariat public privé qui aurait ruiné les finances de la ville pour près de 20 ans pour des travaux du ressort de Caen la mer, montrant en cela une incompétence dramatique ? Une invention de bédouins ?

- Qui est l'auteur d'un "faux" et à fait "usage de faux" en conseil municipal, et a été reconnu en 1ère instance coupable en correctionnel ? Une invention de bédouins ?

- Qui traite les migrants avec la plus totale indignité ? Une invention de bédouins ?




La liste est tellement longue qu'il nous faudrait plusieurs articles pour en faire le tour, c'est pourquoi nous avons retenu quelques exemples... Et vous trouvez la justice sévère ?

Vous, élus de la majorité, vous cautionnez tout cela. Pourquoi ? Parce que vous pensez toujours qu'un complot a été ourdi contre le maire par une "gauche bolchevique" ? Parce que certains d'entre vous veulent qu'il y ait une présence chrétienne au sein du conseil municipal ? Par solidarité pour ceux qui, dans votre équipe, sont démunis et touchent quelques centaines d'€ d'indemnité municipale par mois pour des responsabilités oiseuses ? Parce que vous avez peur de vous opposer à votre maire lors des votes à main levée faisant ainsi preuve d'une lâcheté sans nom ?...

Le mensonge, l’incohérence, les revirements ou l’inconsistance sont patents dans votre action municipale et vous trouvez cela normal ! Comme votre mentor, adepte de Machiavel, vous pensez probablement que "la fin justifie les moyens". Nous, comme Platon, nous pensons que le but de la politique c'est de permettre aux hommes qui composent la cité de mener la vie la meilleure possible. On est loin du compte !

Pour finir lisez l'éditorial de Romain Bail dans son dernier bulletin municipal ! (https://fr.calameo.com/read/005069004111beaa412cb)



Avril le mois des procès perdus ! Et on parle aux Ouistrehamais de carnaval avec un galimatias à son comble ! Certes, on a atteint un sommet. Celui de la bêtise ! 
Au secours !

20 avril 2018

Bail et Racaille

Humblement et incidemment, au cours de nos recherches, nous venons de découvrir le futur tube de l'été de la Côte de Nacre et nous souhaitons le partager avec vous lecteurs fidèles. 

Bravo à Clément et Aurélien qui en sont les auteur et compositeur. 

Précision importante nous ne percevons aucune royaltie même si le Petit Bédouin est cité! Rappelons que nous ne sommes pas un blog commercial ni une association à but lucratif contrairement à ce que propage celui qui est encore maire de Ouistreham.


Bonne écoute ! 
(extrait de Radio Racaille de Caen, image et son )

18 avril 2018

Sentence sans appel

Les jours d'avril 2018 passent et se ressemblent pour Romain Bail. Ce mois sera celui de la vérité ... de toutes les vérités ! Trois condamnations successives ... et une dernière sans appel possible émanant de ses pairs.

Tendance-Ouest du 10/04/2018 : Lien

Alors qu'il annonce une nouvelle fois de façon théâtrale son intention de faire appel du jugement "de faux et usage de fauxpar le Tribunal correctionnel de Caen qui l'a condamné à 5000 € d'amende et 12 mois de prison avec sursis, Romain Bail est suspendu de sa délégation de 6ème Vice-Président de la communauté urbaine de Caen-la Mer.

Communiqué de presse de Caen-la-Mer du 16/04/2018 : Lien

C'est grandeur et décadence d'un jeune poulain des Républicains sur la Côte de Nacre au regard de son actualité judiciaire. Ce jeune maire avait un boulevard devant lui mais son arrogance, ses mensonges, ses manipulations l'ont perdu même s'il se maintient par tous les moyens à la mairie de Ouistreham ! Être maire ne permet pas tout ! « Une machination qui me dépasse. Mon nom a été sali »,  « Il y a des gens qui n’ont pas admis le verdict des urnes et sont prêts à tout pour me nuire » dit-il à qui veut l'entendre. Incapable d’assumer la responsabilité de ses actes Romain Bail retourne la situation pour en rendre les autres responsables... et certains veulent le croire. Incapable de se remettre en question pour la bonne et simple raison qu'il ne commet aucune faute puisqu'il est dans le déni... et certains veulent le croire Extrêmement procédurier, il use de toutes les règles de « justice » pour protéger son image... et certains veulent le croire ! 

Ce n'est pas avec ce type d'arguments qu'on redresse la barre ! Le monde change et exige des élus avec une éthique ! Depuis le début du mandat de ce maire nous assistons impuissants à ses mensonges, à ses manœuvres, à sa morale douteuse...! Et qu'on le sache une fois pour toute, nous avons accepté sans difficulté le verdict des urnes contrairement à ce qui est propagé par lui-même et son fan club étriqué car nous sommes des citoyens responsables et démocrates.

Si les conseillers municipaux de la majorité de Ouistreham continue à soutenir leur "guide spirituel", le président de Caen-la-mer n'a pas hésité à prendre la décision attendue d'un véritable responsable politique. Certes les pressions de plus en plus nombreuses des membres du conseil communautaire ont joué un rôle prépondérant dans cette prise de décision mais reconnaissons que cette décision est courageuse et responsable.

Article de Actu.fr: Lien 

Les conseillers de la majorité municipale de Ouistreham, sauf M. Fricout, se disent, eux,  «interpellés» par «l’extrême sévérité du verdict, au regard des faits reprochés». Faux et usage de faux, un délit mineur ? Reconnaitre une peine trop lourde c'est reconnaître le délit ! Bien jésuitique Monsieur Hitier ! Les décisions de justice sont celles de votre pays ! Dire le préfet "ne sait pas lire" ou le juge "est injuste" vous discrédite tous ! 
 

Au-delà des termes policés du communiqué de presse (Lien) Romain Bail s'est fait débarquer de cette vice-présidence. La communauté urbaine suit donc le jugement du Tribunal correctionnel sans attendre les suites de l'appel.

16 avril 2018

L'homme invisible du Carnaval

Ces derniers jours ont confirmé à Romain Bail que "la semaine du 10 avril risquait de ne pas être sa semaine" comme il l'avait pressenti en plaisantant lors du dernier Conseil Municipal. Depuis lors il s'est fait d'une discrétion à laquelle les Ouistrehamais n'ont guère été habitués. Pas de conférence de presse entouré de sa garde rapprochée, aucun commentaire dans la presse et sur les réseaux sociaux, son compte FB et Twitter sont en mode encéphalogramme plat !

Jour de Carnaval



Dimanche, 15 avril, ce fut carnaval pour bon nombre de Ouistrehamais. La question lancinante avant le défilé était de savoir si Mister Bail oserait se pavaner en affrontant la vindicte populaire. Et surtout quel serait son costume pour sa première apparition depuis ses triple déboires : en bagnard ? en Pinocchio ? en Calimero ?...Il nous avait habitués à des tenues très voyantes comme le montre le costume ci-dessous et nous avons eu un costume inattendu ! Celui de l'homme invisible défilant sous un timide soleil ! Mais qu'importe la joie de se déguiser est bien présente parmi les nombreux enfants et les plus grands venus s'amuser en solex,  dans des voitures anciennes, des jongleurs, des musiciens et même l'adjudant Cruchot et les religieuses venus de Saint Tropez pour l'occasion ! 



Quand le ridicule ne tue pas


Toujours en quête de plaisirs et d'insouciance malgré ces temps difficiles, les Ouistrehamais ont aperçu quelques rares bras mécaniques qui ont affronté la foule en se ridiculisant,...  les autres ayant choisi la fuite voire le maquis......

Poilpot et Pujol buvant du champagne !
Il faut bien s'enivrer par ces temps difficiles quand on s'entend dire "rendez-nous le million !"

Lise Nicole en résistante ? 


Régis Poubelle en djellaba et Fez 
pour se dépouiller temporairement de sa personnalité ?

Un maire bien présent 




Il faut l'avouer le clou du spectacle n'a pas été l'éternelle 2 CV achetée 9000€ et qui est sortie à chaque carnaval, le bateau tiré par un tracteur ou le camion de pompiers ... Non en fin de cortège, ce fut notre ami AC ! Le Maire était bien présent avec son écharpe et ses 3 casseroles ! Il fut copieusement applaudi pour son courage et son humour. Et comme il le dit lui-même cela n'a rien coûté à la ville, juste 5 € chez Emmaüs !

13 avril 2018

Et un, et deux, et trois...zéro !!!

Grand chelem ou passe de trois


Les bridgeurs ou les amateurs de rugby filant la métaphore parleront du premier, d'autres sportifs préféreront le second. Dans des milieux moins policés, on évoquera une sévère branlée et ce qui reste des partisans du Centre des relations franco britanniques glosera sur le hat trick vécu par le maire de Ouistreham en cette funeste (pour lui) semaine d'avril !


Et un...


On ne reviendra pas sur le sujet de notre article de mardi, la sévère et coûteuse défaite de Romain Bail devant la juridiction civile face aux fondateurs du Petit Bédouin. Elle nous a réjoui et nous a fait patienter en attendant l'audience du Tribunal administratif de Caen du mardi. (http://lepetitbedouin.blogspot.fr/2018/04/et-pan-sur-le-bec.html)

Et deux...


Le Préfet du Calvados exerçant son contrôle de légalité sur les décisions des collectivités territoriales avait retoqué le marché de maîtrise d’œuvre du Centre des relations franco-britanniques. Malgré les demandes préfectorales de réformation de la décision fondées sur une stricte application du Code des marchés publics, le maire de Ouistreham s'était obstiné; dernier argument en date, claironné en conseil municipal, le Préfet ne sait pas lire ! On sourit, mais si le Code des marchés publics n'est pas précisément la méthode Boscher, ses dispositions sont claires en matière de jury de concours d'architecture et le Président du Tribunal administratif ne s'y est pas trompé en prononçant la suspension du marché en attendant le jugement sur le fond.


Et trois...zéro


Cerise sur un gâteau déjà copieux, le jugement du Tribunal correctionnel rendu hier ne nous a pas déçu. Romain Bail, moins confiant qu'à l'audience de février n'était pas présent, ses flagorneurs thuriféraires non plus; le courage a ses limites! Mais la sentence est tombée, sèche et rigoureuse en ce brumeux matin d'avril, douze mois de cachot avec sursis et cinq mille euros d'amende! Alleluia comme dirait le premier adjoint s'il était dans l'opposition. Romain Bail est désormais officiellement ce que la rumeur colportait déjà, un médiocre faussaire. 

A la une de Ouest-France du vendredi 13 avril

Démissionnez, vous êtes une honte pour cette ville !


C'était l'exhortation proférée théâtralement et publiquement par Romain Bail à l'encontre d'un conseiller municipal de l'opposition en séance de conseil municipal du 27/06/2016. 


Aujourd'hui, c'est à lui face à son miroir qu'il devrait se l'adresser et à ses vingt et un complices! Certains y songeraient, parait-il, mais seraient terrorisés à l'idée de déplaire au maître et soucieux aussi de ne pas perdre juteux avantages, fructueuses compromissions ou petits alibis...

A bientôt pour de nouvelles révélations !

10 avril 2018

Et pan sur le bec !


Et de un!


Affaire judiciaire peu évoquée car peu médiatique, le contentieux engagé par Romain Bail à l'encontre des deux fondateurs du blog Le Petit Bédouin a connu hier son dénouement.



Souvenez vous, dès la création de votre source d'information préférée, Romain Bail se jugeant calomnié avait porté l'affaire devant les tribunaux et attaqué les deux fondateurs, Marie-Jeanne P. et Christophe C. Plus de trente mille euros de frais d'expertises, d'exploits d'huissier, d'honoraires d'avocat qu'il avait fait gaillardement supporter à la commune... pour finalement être débouté au pénal. Il s'était vanté publiquement devant le conseil municipal de faire rendre gorge au Petit Bédouin et avait alors porté l'affaire au civil devant le Tribunal de Grande Instance.

La justice a suivi son cours... et aujourd'hui on vous l'annonce, Romain Bail est de nouveau débouté ! On est en attente de ses déclarations tonitruantes.

Premier round


Et comme le dit la presse, la semaine judiciaire sera chargée pour le maire de Ouistreham. Après le camouflet d'hier, le référé devant le Tribunal administratif aujourd'hui dans l'affaire du marché de maîtrise d’œuvre du Musée et jeudi le verdict du Tribunal Correctionnel dans le dossier du faux document. Chargée certes mais pour nous elle commence bien !


08 avril 2018

Un héros oublié

Tonton Bédouin raconte


Marcel Lefèvre naît à Montiviliers, Seine-Inférieure, comme on disait à l'époque, le 1er septembre 1887. Il est mobilisé en 1914 et effectue la totalité du conflit, deux ans dans l'infanterie puis comme sous-officier du Génie. Il termine les combats sain et sauf, pourvu de plusieurs citations et décoré de la Médaille militaire.

Un résistant bien oublié, Marcel Lefèvre


En 1939, son âge lui permet d'éviter la mobilisation; on pourrait penser que sa conduite valeureuse pendant la Grande guerre lui vaudrait quelque reconnaissance ou tout au moins une certaine tranquillité. Or il n'en est rien. Marcel est sympathisant communiste et à l'époque du pacte germano-soviétique, quand on est communiste et qu'on n'est pas mobilisé ou qu'on n'a pas choisi la clandestinité, on risque l'internement. Et c'est ce qui arrive à Marcel. Il vit à Ouistreham, il a épousé une bédouine en 1915 et tout le monde le connait, pas évident d'être clandestin. Arrêté sur les instructions du Préfet du Calvados sous le motif "français indésirable", menotté,  il est tout d'abord interné à Carrouges (Orne) dans ce qu'on nommait un C.R.E., un centre de rassemblement des étrangers, primitivement destiné à héberger des ressortissants des pays ennemis. Puis après la défaite de juin 1940 et l'invasion de la zone nord, il est évacué sur la prison de Marseille Saint-Nicolas. Là c'est le régime de la cellule (sans jeu de mots pour un communiste). Y  a-t-il croisé Jean Giono  écrivain emprisonné pour pacifisme, Jean Zay député socialiste martyr du nazisme ou Habib Bourguiba homme politique tunisien ? Ces trois célèbres "pensionnaires" du fort Saint Nicolas, y séjournèrent à la même période que Marcel Lefèvre. Le "tour de France" des lieux de détention de Marcel Lefèvre ne s'arrêtera pas là. Et les transferts entre les lieux d'emprisonnement se font menotté voire enchaîné;  il est ensuite interné dans un autre C.R.E. à Chibron dans le Var puis dans le sinistre camp de Saint Sulpice-la-Pointe dans le Tarn. Cette installation était destinée au départ à héberger des réfugiés belges chassés par l'avance allemande de mai 1940; le camp remplit cet office jusqu'en septembre mais les premiers occupants ayant été relogés dans les villages des environs, le Ministère de l'Intérieur décide de le transformer le 16 octobre 1940 en "camp d'indésirables". Les baraques et les locaux sanitaires ou administratifs sont alors entourés de barbelés de trois mètres de hauteur, "agrémentés" de miradors.

Visa de censure du courrier des internés du camp de Saint Sulpice.
La date est postérieure à la présence de Marcel Lefèvre 
(cliché wikipedia)

Retour à Ouistreham


Le "camp de la police nationale de Saint Sulpice" accueille en janvier et février 1941, un millier de communistes ou dirigeants syndicaux dans des conditions très difficiles. Marcel Lefèvre se souviendra lorsqu'il témoignera en mai 1949 qu'il avait "vu des hommes égorger des gros chiens, les dépecer et faire sécher la viande au soleil et la conserver pour pouvoir manger à leur faim". Libéré  en juin ou juillet 1941 sans plus d'explications qu'il ne lui en avait été donné lors de son arrestation, Marcel Lefèvre rejoint Ouistreham. C'est loin d'être une promenade touristique, il voyage discrètement jusqu'à la ligne de démarcation qu'il franchit clandestinement dans les Charentes et rentre chez lui le 28 juillet 1941. Il constate à son retour et non sans une certaine surprise "le peu de réaction que suscite la présence des Allemands sur la côte et dans la région".

Militaires allemands sur la plage de Riva Bella
La photographie qui provient de l'album photo d'un soldat des troupes d'occupation a 
sans doute été prise à la Pointe du Siège
(collection de l'auteur)

Lutte clandestine


Dès son retour Marcel prend les contacts nécessaires avec les réseaux locaux de Résistance et assure les liaisons entre plusieurs d'entre eux. La répression s'intensifie après les déraillements de deux trains de permissionnaires allemands près d'Airan en avril et mai 1942 et Marcel voit disparaître plusieurs de ses compagnons d'arme. Mais rien ne l'empêchera de fournir quotidiennement et ce jusqu'au 5 juin 1944, des relevés topographiques de fortifications, l'emplacement des champs de mines, les quantités de ravitaillement fournies par les grossistes locaux, les plans des dépots de munitions ou d'essence de la Plaine de Caen, les mouvements autour des aérodromes de Carpiquet et de Beaumont le Roger (Eure)...Et il fournit aussi assistance et parfois hébergement à des partisans menacés. C'est ainsi qu'il abritera pendant trois mois un résistant de Mondeville recherché par la Gestapo.

En ces années douloureuses, les "touristes" avaient un look particulier
 Photo prise sur la plage de Riva -Bella 
(collection particulière)

D-DAY


L'activité clandestine de Marcel Lefèvre passe aussi par la confection de très nombreuses fausses cartes d'identité et la contrefaçon de documents officiels divers comme des cartes d'alimentation ou des laisser-passer. Et, accessoirement si l'on peut dire lorsqu'on sait le danger qu'il y avait à pratiquer l'exercice, il n'hésite pas à diffuser presse et tracts clandestins. 
On devine l'exaltation du résistant lorsque le 6 juin 1944 à 6h30, il se porte à la rencontre des libérateurs qui viennent de débarquer. Il rencontre les commandos français devant la gare de Riva-Bella et se met immédiatement aux ordres du commandant Philippe Kieffer. Le célèbre capitaine de corvette, à la tête du 1er bataillon de Fusiliers-Marins Commandos, relate ainsi sa rencontre avec Marcel Lefèvre: toute la résistance ennemie semblait s'être concentrée dans le casino, son réseau de défense et le belvédère sur notre droite. Une dizaine d'habitants sortaient de leurs abris, sentant les maisons de la ville dégagées. Un vétéran de la dernière guerre, Marcel Lefèvre, nous donna des renseignements sur la manière d'atteindre le belvédère et d'éviter les mines. Je fis regrouper la troupe à l'abri du mur antichars...(Cdt Kieffer, Béret vert, éditions France-Empire). Et Gwen-Aël Bolloré, un autre célèbre commando racontera dans son ouvrage  Nous étions 177...en évoquant sans le nommer le brave Marcel : Renfort inattendu! Un ancien combattant de la guerre 1914-1918 n'hésite pas malgré son âge, à nous rejoindre. Ses conseils sont précieux car il connait bien l'emplacement des armes ennemies et les zones minées...La haute silhouette un peu voûtée et les longues moustaches blanches sont pour nous plus qu'un réconfort. Ils représentent le trait d'union entre l'honneur passé et le rachat en marche. 


Emplacement de grosses pièces d'artillerie de marine sur la plage de Ouistreham.
On distingue au fond le bâtiment appelé aujourd'hui "Grand bunker" et désigné à l'époque "central téléphonique"
(collection de l'auteur)


 Vers la victoire


Marcel Lefèvre se souviendra longtemps que Kieffer lui avait confié qu'il le considérait comme le premier civil français à avoir repris les armes, le 6 juin 1944, contre les Allemands et qu'il avait tenu ainsi le bout du fil de la libération du territoire. Il se souviendra aussi que fin 1942, début 1943, il avait transmis à Londres un rapport ou il disait qu'un débarquement à Ouistreham lui semblait possible; il précisait: sitôt la route de Lion atteinte, prendre immédiatement la direction sud, c'est à dire le clocher de Ouistreham afin d'éviter les marais de Colleville...Il n'imaginait pas qu'il participerait en éclaireur 18 mois plus tard à la reconquête de sa patrie. Le 7 juin Marcel Lefèvre rejoint avec le grade d'adjudant-chef, la sécurité militaire britannique et assiste à la libération de Caen en juillet 1944. Il terminera la guerre dans l'armée française au bureau de la sécurité militaire du Calvados. Il se retirera à Ouistreham, rue de la Victoire et décédera le 30 novembre 1976.

Panorama de la plage de Ouistreham. 
Photographie prise pendant l'été 1944 de la plateforme d'artillerie anti-aérienne située au sommet du belvédère, aujourd'hui table d'orientation.  
(collection de l'auteur)


Merci à  Micheline (+) et Bernard Etampes, "Les liens de l'histoire", pour la documentation fournie

02 avril 2018

Souvenirs, souvenirs...

Les premiers pas de Romain Bail 


.... le 1er avril 2014 la bonne blague !

http://jactiv.ouest-france.fr/ils-sactivent/initiatives/premiers-pas-romain-bail-elu-maire-29-ans-29437

On découvre "un travailleur acharné" pour qui "l'empathie envers les gens est importante". Nous avons versé quelques larmes, de rire bien sûr, en relisant cet article oublié ! C'est vrai, on aurait aimé un jeune maire plein d'empathie pour ses concitoyens, avec le respect de la loi chevillé au corps ! Mais non, il fallait comprendre plutôt un voyageur acharné, loin de l'empathie annoncée, ne tenant pas compte des autres, arrogant et méprisant, il n'est qu'à regarder les conseils municipaux en vidéo, ...! Non nous n'avons pas écrit : "sexe, mensonge et vidéo" ! Pas d'extrapolation ! On n'est pas au cinéma ! On est dans la vraie vie !   

On n'est pas chez les Balkany ici !

 
(lien article "RUE89")

Impossible de ne pas pouffer de rire également en relisant cet autre article qui commençait par "On n'est pas chez les Balkany ici" et qui détaille les frais de campagne qui seront invalidés plus tard par le Tribunal administratif de Caen. Déjà à l'époque on repère la technique du "Je communique pour faire croire que tout est transparent...alors que tout est trouble" ! A propos de Sarkozy il dira même qu' ''il n'a pas toujours été d'accord avec lui, surtout concernant le flirt avec l'extrême droite des dernières années". Sans blague ?


De l'idéal à la réalité  

 


https://www.youtube.com/watch?v=YNjpW6izKBc
 Si vous ne voulez pas tout regarder allez de 32mn10 à 33mn30 ! 


L’interview de Romain Bail réalisée par Armel Le Coz (*) et que l'on trouve sur YouTube vaut aussi son pesant de cacahuètes !  Ah la démocratie participative à la Bail (le) ! Ah la liberté des citoyens convoqués si souvent en gendarmerie pour le moindre mot d'humour ou la moindre opposition, n'est-ce pas Thierry, Chantal, Arlette, Martial, Christophe, Gilles, Marie-Hélène... et tous les autres y compris le député Lefranc qui n'était même pas venu à Ouistreham ! Monsieur Lefranc tous les Ouistrehamais ont honte de votre mise en cause !

Il faudrait que..."le citoyen soit pleinement acteur et puisse au delà des élections être un agitateur direct ! ... Remettre en cause l'élu ! Le pouvoir tout acquis de l'élu parce que reçu du suffrage universel est dépassé. Je crois que c'est à respecter mais c'est aussi dépassé... ! Il n'y a pas que des élus qui font toujours de bonnes choses ! Il faut qu'ils puissent être en adéquation avec les attentes des citoyens d'une manière générale !  Le citoyen a un contrepouvoir agitateur... "... Eh non vous ne rêvez pas ! Un morceau d'anthologie n'est-ce pas ? Nous comprenons maintenant que nous avons toujours eu à faire à Dr Romain et Mister Bail !

Et le petit bédouin dans tout ça ?

Trois ans et demi de lutte pour établir une vérité que beaucoup refusent encore de voir ou  éludent dans la mesure où ils y trouvent leur intérêt. Aussi incroyable que cela puisse paraître après toutes ces années beaucoup de choses vont se jouer en ... une petite semaine !

Trois ans et demi que le succès du Petit Bédouin est dû aux bourdes, erreurs, mensonges, délires de Bail.  Durant ces années une énergie incroyable s'est concentrée autour du blog et une certitude a vu le jour  : seule la justice peut arrêter ce gâchis.


Quant à la très belle aventure du Petit Bédouin et de tous ses amis elle nous amène à écrire une phrase à laquelle nous n'aurions jamais songé: merci Monsieur Bail ! Nous n'avons jamais été aussi lus (1500 lecteurs/jour pour 2 articles par semaine, en dehors des week-ends et vacances scolaires,  et 20% de lecteurs anglais désormais !)  et grâce à vous quelle belle aventure humaine ! L'avenir au présent qu'on se le dise, c'est du passé !!!

Au fait le 1er avril c'est aussi le retour du stationnement payant et surtout des P.V, et ça ce n'est vraiment pas une blague!





---------------------
(*) Qui est Armel Le Coz?
Cofondateur du collectif Démocratie Ouverte et de la plateforme Parlement & Citoyens, Armel Le Coz s’engage au quotidien pour des démocraties plus efficaces et responsables. Durant les élections municipales de 2014, il part 6 mois sur les routes de France à la rencontre des citoyens et des maires innovants puis coordonne le programme Territoires Hautement Citoyens qui propose une méthode pour engager des transitions démocratiques locales. Mauvaise pioche avec Romain Bail !  Mais bonne chance à lui !

31 mars 2018

Coupes budgétaires : les associations au régime sec !

Lors du Conseil municipal du 26 mars 2018 le budget primitif 2018 de la commune a été voté dans un climat houleux. Les pongistes sont venus exprimer leur mécontentement face à la baisse des subventions. Nous vous proposons d'analyser finement ce qu’il en est réellement des dotations affectées aux associations.


La culture, les loisirs et le jumelage



L'ensemble "musique et le chant" obtient 7530 €. L’an dernier la subvention atteignait 9700 € soit une diminution de 22 % ! Aïe, le maire a affirmé que la baisse n’était que de 5 %. Alors ça commence mal. Qu’en pensez-vous Madame Miralles ? Pour mémoire cette baisse avait atteint plus de 52 % entre 2013 et 2015 ! Chanteurs et musiciens c'est de plus en plus la dégringolade ! Ayons une petite pensée émue pour la fanfare Michel Cabieu disparue depuis 2 ans !



L'ensemble "Théâtre" perd 5 % de ses subventions (3800 € contre 4000€ en 2017).


Les loisirs : sombre avenir pour ces activités avec une perte globale de 17 % entre 2017 et 2018 ! Toutes les associations de cette rubrique sont à la peine. Bric Art Brac après avoir eu le vent en poupe au début du mandat (15 € en 2014 à 2000 € en 2015) s’effondre de 76 % (800€ en 2017 à 190€ en 2018 !). Suivent avec la même pente, le club photo (-55%), les Nymphéas (-98 %) avec une subvention de 200 € qui passe à 5€, le cinéma le Cabieu qui voit sa subvention baisser d’un quart passant de 7500€ à 5700€ (17200 € en 2014!) . Il est cependant envisagé de construire une 2eme salle pour ce cinéma. Espérons que ce n'est pas qu'une promesse. Passeurs de livres, arts plastiques… sont également en régression mais de façon plus modeste (5%). Notons que la subvention de 2000€ accordée aux amis d’Yvonne Guégan pour une animation sur la plage n’est pas renouvelée et qu’une nouvelle association « les dames de la côte » se voient attribuer 500€. 


Quelques remarques sur le poste loisirs : 
  •  2000 € ont été accordés aux amis d’Yvonne Guégan pour un spectacle de 2 h sur la plage en 2017 et c'est 25% de plus que la subvention accordée aux arts plastiques qui accueillent des dizaines de Ouistrehamais toutes les semaines ! Monsieur le Maire ne doit pas aimer cette activité puisque sous son mandat elle a été divisée par deux entre 2014 et  2018 !  
  • Une autre caractéristique de ce budget loisirs c'est que depuis 2 ans l'association de Karine Saporta "La Mue" empoche 68 % des subventions de ce poste loisirs avec 19 000 € en 2018 et 20 000€ en 2017 ! C'est une association de Cairon ! Ce n'est pas du dansoir que nous parlons!  https://www.lamue-karinesaporta.com



Passons aux jumelages ! La tasse de thé de Mister Bail ! Ils reçoivent 180 € au lieu de 15 000 € l'an passé ! Effet anniversaire parait-il !

Madame Miralles nous aurions aimé vous entendre dire la vérité au conseil municipal ! -5% de baisse des subventions dans votre champ de compétence ?  Faux ! C’est 49 % de baisse si on vous attribue les jumelages (77 560 € de subvention totale en 2017 à 39 720 € en 2018 !). Sans les jumelages là encore nous constatons une baisse de 17% pour l’ensemble culture et loisirs qui passe de 47 560 € à 39 360 € ! Si maintenant nous comparons le budget de 2015 à celui de 2018 (sans le cadeau scandaleux que vous faite à l'association "la Mue") vous avez cautionné Madame Miralles une baisse du budget des associations ouistrehamaises dont vous avez la responsabilité de 60% ! On se souviendra de vous et de votre laxisme ! 

Enfance, jeunesse, coopératives scolaires






Globalement le budget « Enfance et jeunesse » ne baisse que de 6 %. Anim’jeunes passe de 335 000€ à 295 000€ et la crèche de 78 000 € à 93 000€ ! Quant aux coopératives scolaires elles vont recevoir une subvention stable de l’ordre de 14 000€. La subvention pour les déplacements en Europe baisse, elle, de 13 % passant de 6540 € à 5700€. 

Humanitaire et social




Ce poste subit une baisse globale de 6 % soit une baisse de 265 € entre ces deux dernières années. Mais allons plus loin avec l’historique des subventions aux associations caritatives ouistrehamaises : En 2015, 10 000€ étaient versés à trois associations caritatives, Le secours libre, Entraide et Solidarité et Coup de main et en 2018 cette somme est passée à 3 800 € pour 2 associations soit une baisse de 62 % en 3 ans ! Le nombre de personnes aidées sur la commune aurait-il baissé drastiquement ? Les plus démunis seraient-ils sans intérêt ? Madame Muller de Shongor qu'en dites-vous ?

Associations patriotiques et divers

Les montants attribués à ces associations sont faibles (605 € en 2017) mais nous notons cependant une baisse de 9 %.

La baisse du poste "divers" entre 2017 et 2018 est spectaculaire : - 61 % soit -34 580€ ! On nous a dit que c’était en raison des œuvres sociales du personnel communal. Le montant est semble-t-il lié au nombre de départ en retraite. On veut bien le croire mais sans ce poste la baisse est malgré tout de 3 %.    

Quant à nos héros de la S.N.S.M. ils subissent une baisse de 13 % ! Une honte dans une ville portuaire et station balnéaire ! 




Associations sportives




Les associations sportives totalisent, en 2018, le quart des subventions aux associations. Elles baissent globalement de près de 13 % entre 2017 et 2018 et non de 5 % comme le maire l’a annoncé en Conseil municipal. Trente et une associations sportives sont éligibles à des subventions sur la commune dont 8 pour 5€ symboliques.
Deux associations ont une subvention en hausse, le tennis (avec près de 20 000€ soit +30%) et le badminton qui retrouve sa subvention de 2015 (500€) après un gros creux de vague. Pour le tennis on parle en ville de l'effet "POILPOT", le roi du tennis !   
Toutes les autres associations assument des baisses de 5 à 100% : la SRCO passe de 8000€ à 90 €, OCEAN (-5%), veloclub (-13%), basket (-15%), judo (-33%), le foot (-5%), marche et yoga (-10%), twirling (-4%), danse (-6%), …



Qu’en est-il des pongistes venus au conseil municipal se plaindre de leur sort ? Eh bien ils sont au régime sec depuis longtemps alors que leurs résultats sont spectaculaires. « L’amicale pongiste un petit club qui monte » titrait Ouest France en janvier 2016 ! Mais leur subvention, elle, elle descend ! En 2014 elle atteignait 11 250€. Elle a fondu en 2015 de 56 % avec 5000€. Mais c’était encore trop pour Monsieur Bail qui la faisait passer à 3200 € en 2016 et 2017. En 2018 elle enregistre une nouvelle baisse de 6% avec une subvention de 3000€ !  On comprend leur colère !  



Les rédacteurs de LPB sont désolés pour ce texte long, technique et fastidieux mais nécessaire à l'information générale des Ouistrehamais. Nous aurions aimé trouver une logique à ces budgets mais elle est dans un épais brouillard qui laisse place à l'interprétation. En tout état de cause la baisse totale est voisine de 15% et supérieure à 10 % si on enlève les effets yoyo de quelques associations comme le COS (œuvres sociales des employés municipaux, …). Le climat dans les associations serait sans doute plus apaisé face aux baisses des subventions si les choses étaient plus claires et si le maire et ses colistiers ne narguaient pas la population avec des réceptions à l'Ambassade de Grande Bretagne à plus de 10 000 € ou avec des repas raffinés dans un grand restaurant parisien sur les deniers publics.   

28 mars 2018

La main dans le sac

A Ouistreham, chaque semaine apporte son lot de surprises. On en eut une belle lundi soir en séance de conseil municipal. On savait par la presse depuis quelques jours que le marché de maîtrise d’œuvre du futur (de moins en moins d'ailleurs) musée avait été déféré par le Préfet au Tribunal administratif au titre du contrôle exercé par les services préfectoraux sur la légalité des actes des collectivités locales.


Et pan sur les doigts !


La procédure n'est pas monnaie courante; prévue par les Lois de décentralisation elle n'est appliquée qu'en dernier recours par le Préfet, et lorsque la réglementation est particulièrement méconnue par une commune. Bon, à Ouistreham, on connaît puisque ce fut la procédure appliquée pour annuler le projet de partenariat-public-privé; le Tribunal administratif avait tranché en faveur du Préfet, la commune avait fait appel, la Cour administrative d'appel de Nantes lui a donné récemment tort et a renvoyé notre maire dans ses cordes.


Le déféré au Tribunal est rare, disions-nous, car la procédure est appliquée avec discernement. Lorsqu'une collectivité prend une décision, délibération du conseil, arrêté du maire, elle est transmise aux services préfectoraux qui en examinent la régularité. Dans la majeure partie des cas, il n'y a pas de remarques et on en reste là. Lorsque la réglementation est quelque peu malmenée, un dialogue s'installe, chacun fait valoir ses arguments; bien souvent, la décision, un peu modifiée voire reprise en bonne et due forme, peut s'appliquer. Si la collectivité s'obstine et maintient sa décision, le Préfet défère au tribunal. Dans le cas contraire sa responsabilité serait engagée. C'est ce qui s'est passé dans le dossier de la maîtrise d’œuvre du musée. Et pas pour rien, c'est un marché de plus de deux millions d'euros TTC. Alors il peut être vigilant, le Préfet, c'est bien la moindre des choses! Et veiller au respect des deniers publics.

Premier prix de lecture


"Le Préfet ne sait pas lire", nous a asséné Romain Bail en Conseil municipal. L'un des arguments préfectoraux pour conclure à l'annulation est la présence de seulement trois membres représentants le conseil municipal au sein du jury du concours d'architectes. Il en faut cinq. C'est pas compliqué cinq, il suffit de compter sur les doigts d'une main ! C'est l'application de l'article 89 du décret n°2016-360 du 25 mars 2016. Ces cinq membres peuvent être ceux de la commission d'appel d'offres. Le Maire n'est pas compris dedans puisqu'il préside le jury et si un conseiller municipal représente une autre collectivité (c'est le cas de Monsieur Fricout conseiller départemental, qui représentait le Département) il ne peut représenter deux collectivités à la fois comme il l'a dit lui-même lors de la séance du Conseil. Il n'y en avait donc bel et bien que trois et ce n'est pas nous qui le disons, ce n'est pas le Préfet c'est tout bêtement la délibération du conseil municipal elle-même! Celle du 4 septembre 2017, la délibération n°6, qu'on en juge: Le jury de sélection était composé du maire, de trois élus de Ouistreham-Riva-Bella... Elle est en ligne sur le site de la mairie, on peut la lire, la relire et la rerelire. 



Ce n'est pas la faute du Préfet, de l'opposition et des ses prétendues accointances, du Petit Bédouin ou... des migrants comme Romain Bail le suggère dans Ouest France du 28 mars. Non c'est la faute de lui-même, Romain Bail, de l'incompétence de ceux qui le conseillent, ou d'un sabotage interne qui sait (c'est ce qu'il dira sans doute in fine quand les têtes tomberont). Allez la messe est dite...