20 janvier 2018

Prendraient-ils les Ouistrehamais pour des cons ?

L'article de Liberté du 12 janvier présentant la facture du restaurant Laurent situé dans les quartiers huppés du 8ème arrondissement de Paris, à deux pas des Champs Élysées, a fait l'effet d'une bombe dans la ville et sur les réseaux sociaux.

La presse s'est fait l'écho de cette indignation publique si légitime à l'heure où R. Bail et ses conseillers nous rappellent combien il est nécessaire, voire indispensable, pour les Ouistrehamais et les associations  de se serrer la ceinture.



Journal Ouest France du 19/01

Déni ou  mensonge ?


R. Bail, interrogé et jamais à court d'excuses, essaie de nous faire croire que M. l'Ambassadeur de Grande Bretagne a invité 200 personnes pour ce "nébuleux" projet de Centre des Relations Franco-Britanniques alors même qu'il n' a pas l'intention d'y investir un seul penny...! Il pensait que c'était offert par la Couronne ! Quelle belle naïveté ! On a déjà connu cela maintes fois à Ouistreham ! Gratuit les voyages à Nicosie, à Dubrovnik, à Londres, à Bruxelles,... nous a-t-il dit alors même que nous avions les factures payées par la ville ! 


Journal Liberté du 18/01

Un acompte a pourtant été versé pour cette réception ! C'est sans doute à l'insu de son plein gré ! Une fois de plus R. Bail joue l'innocent, le crédule, l'ingénu ! Mais nul n'est dupe !

Le temps des privilèges


 Journal Liberté du 18/01


Citoyen Bail, vous qui dans une autre vie étiez professeur d'histoire, souvenez-vous que plus de deux siècles nous séparent de la royauté et de ses privilèges ! La Révolution Française est passée par là et le temps des privilèges est bel et bien aboli ! Mais il est vrai que vous vous situez au-dessus du citoyen lambda ! Sachez que manants et gueux Ouistrehamais sont outrés par ce repas à 1906 € pour 9 couverts ! N'usez pas vos nerfs fragilisés depuis une certaine convocation au Tribunal dans des justifications non crédibles...


 Journal Ouest France du 19/01

Une nouvelle comptine a cours dans la ville. Nous vous la révélons et rien ne vous empêche de la poursuivre !
Le homard de Chauchard
Le ris de veau de Poilpot
Le chablis de Bobby 
Le gibier de Hitier
Le soufflé de Jammet
...

Le  repas chez Laurent ..." Un cadre parfaitement légal et pour la promotion de la ville" ... mais arrêtez de rêver ! Votre projet a déjà les pieds dans l'eau et ne verra certainement jamais le jour. Les faux, les "extras" dans les grands restaurants n'y changeront rien. Monsieur Bruneau, Président de Caen la Mer a suspendu son financement.  Les Ouistrehamais jugeront et apprécieront sans nul doute ce je-m'en-foutisme teinté de mépris.

Journal Liberté du 18/01

22 v'là les complices


Et l'équipe municipale, si muette pour ne pas dire aux abonnés absents depuis quelque temps, n'était-elle pas de cette soirée à l'ambassade de Grande-Bretagne ? Aura-t-elle plus de dignité que son mentor pour avouer sa participation à ce repas de la honte lors du prochain Conseil Municipal du lundi 29 janvier et, surtout, le remboursera-t-elle aux contribuables ouistrehamais ?


Mais soyons juste et disons plutôt 21 complices, car un conseiller (qui "marche" mais pas dans toutes les combines...) aurait refusé fermement l'invitation. Souhaitons qu'il en tire rapidement les conséquences, ce sera plus clair !
 
Une démission pour les autres, ceux qui n'osent rien depuis bientôt 4 ans tant la pression est forte ? Ils n'ont certes pas le courage d'élus d'une commune voisine ! Quant à M. Fricout, selon certaines rumeurs de plus en plus persistantes, il serait déjà en campagne électorale pour devenir maire de Ouistreham ...



On retiendra à l'avenir la complicité de ces 22 conseillers qui votent, cautionnent aveuglément tous les actes, toutes ses dépenses et études pharaoniques décidées par Bail. N'oublions pas qu'ils sont tous solidaires ET responsables !

17 janvier 2018

#balancetonmusee

Un "nébuleux projet"

Les congés hivernaux sont toujours propices à la lecture et au cours de la période des fêtes quelques publications ont attiré notre attention. Tout d'abord un article consacré à l'avancée du projet de mémorial britannique de Ver sur Mer avec la somme promise de 20 millions de livres de la part du Normandy Mémorial Trust...


Ouest France 3/01/2018.

... avec une phrase lapidaire, mais vacharde: "De quoi faire rêver Ouistreham englué dans un nébuleux projet de centre franco-britannique". Quelle jolie formule de la part d'un journaliste qui visiblement est bien renseigné sur le sujet.

Vœux présomptueux ?


Dans ses vœux le maire annonce l'aboutissement du CRFB en fin 2019... Le mot "fin" nous l'aurions plutôt placé ailleurs, ou plutôt nous l'espérons ...!

7000 cartons de vœux ont été imprimés 
et portés à domicile par les employés municipaux !
Nouvelle gabegie !

Un centre nébuleux les pieds dans l'eau


 
Dans un tweet le 19 décembre la ville annonce la mise en place progressive du Plan de prévention des risques littoraux (PPRL) dont nous vous avions parlé à plusieurs reprises et notamment au mois de mars.(lien). Depuis cet article le site dédié par la mairie au CRFB a été avancé vers la mer pour venir se coller à la limite fixée par la loi littoral !


Les cartes de ce PPRL (lien) présentées sur le site de la préfecture du Calvados pour une élévation de 20 cm du niveau marin montrent la pénétration de la mer à l'aplomb même du terrain prévu pour le fameux centre. Alors que dire pour une élévation de 60 cm du niveau marin... carte oblige !

Lien vers la carte.


Liberté 28/12/2017

Dans le journal "Liberté" du jeudi 28 décembre, un article consacré au "Réseau d'observation du littoral normand et picard(ROLNP) (lien) précise qu' "Avec les phénomènes d'érosion et l'élévation du niveau de la mer estimé à près d'un mètre d'ici à 2100 il n'y a pas d'autre solution selon les scientifiques que de déplacer les biens et les services qui se trouvent dans les zones à risques". Nous adhérerons totalement à cette logique. Rendre ces zones inconstructibles pour ne pas à avoir à réparer les dégâts ! 

Un fameux spectacle en début d'année 


Une tempête hivernale nous a offert de magnifiques images du poste de secours, une fois encore les pieds dans l'eau. 





3/01/2018

Rappelons que la zone prévue pour l'implantation du bijou "bail-lesque" à 15 millions d'euros (au minimum) ne se trouve qu'à quelques mètres de la mer et sans aucune protection.




12 janvier 2018

L'ardoise s'alourdit !


Qui n'a pas entendu parler de la réception à l'Ambassade de Grande Bretagne à Paris le 28 novembre dernier pour la présentation du projet de Centre des Relations Franco Britanniques ?  Personne, bien sûr. Ce fut d'ailleurs un sujet abordé lors d'un conseil municipal ! Rappelons-nous ! 




Une réception à l'Ambassade ...


Cette réception annoncée en Conseil Municipal comme étant une invitation de l'Ambassade ne devait coûter seulement que les heures de travail du chauffeur du car emmenant les participants ! Et rien de plus, selon les propos de Romain Bail lors du conseil municipal:




Elle eut bien lieu, cette réception, et nombre de journaux en ont parlé. Mais quel en fut le coût réel ?  

... aux frais des Ouistrehamais !


Invitation de l’Ambassade ? Peut-être, mais au frais des Ouistrehamais ! Oui c’est vous les amis qui avez payé cette nouvelle "escapade-mascarade" ! Vous savez que nous n’avançons que ce que nous pouvons prouver n’est-ce pas ?  Alors voici les documents (et ils ne sont pas faux, eux !!!)) qui attestent ce que la ville a réellement déboursé : 
  • Bordereau de mandat ordinaire n° 409 émis le 29/11/2017 : il s'agit d'une avance de  2000 € que la ville a déboursée pour que quelques ouailles aillent briller dans les salons de l’Ambassade dans le but de promouvoir un hypothétique Centre des Relations Franco Britanniques ! Somme toute, c'est plutôt raisonnable vous dites-vous...

Oui mais ce n'est qu'une avance et la facture est beaucoup plus salée comme le prouvent les autres pièces du dossier ! 

  • Facture émanant de l'Ambassade : 


         
Vous avez bien lu, 9 600 € de plus ! C'est cher la location des salons de l'Ambassade ainsi que les petits fours surtout pour une petite ville de province soumise à la "baisse drastique des dotations de l'Etat "! (expression en vogue sur la commune et surtout dans les bouches de Romain Bail, Michel Fricout et Robert Pujol)).
  •  Et vous n'avez pas tout vu ! Monsieur Bail est allé ensuite dans un l'un des restaurants parisiens les plus chics (lien : https://www.le-laurent.com/) avec 8 convives. Tout cela a coûté ...  1906 € ! Elle est pas belle la vie de notre maire ? Et le tout réglé par la commune après avoir été validé par le complice Robert PUJOL Maire-Adjoint aux finances comme l'atteste sa signature au bas de la facture !




Eh oui, du homard au vin jaune arrosé de Chablis a titillé quelques palais délicats (756 € de homard et 598 € de Chablis...) ! C'est proprement scandaleux. 
Il faudrait rappeler à Romain Bail qu'il existe une instruction comptable M14 qui peut exiger le nom des convives dans le but d'éviter des avantages en nature déguisés ! Que nul ne l'oublie !  

Tous ces documents sont officiels et peuvent être consultés à la Trésorerie de Ouistreham si vous êtes contribuable sur la ville. 


Coût de l'opération :  13 906 € pour un "événement" qui ne devait rien coûter à la ville ! Monsieur Bail et vos complices Fricout, Hitier, Muller de Shongor, Poilpot, Chauchard, Poubelle, Miralles, Jamet et consorts, cessez de mentir aux Ouistrehamais parce que le syndrome de Pinocchio dont vous souffrez, nous le dénoncerons jusqu'au bout ! Foi de Petit Bédouin !



11 janvier 2018

FLAG !


Et alors qui c'est le menteur?

Le Petit Bédouin restera modeste même si c'est votre blog préféré qui le premier avait levé le lièvre!  Souvenez-vous ! Le bougre avait été pris en flagrant de lire un faux document en pleine séance de conseil municipal le 4 septembre dernier. On ne nous croyait guère, on parlait de mensonge, de manipulation, de coup monté. Quand la presse locale a relayé l'affaire, les doutes avaient germé, serait-ce vrai finalement, la fumée, celle qui ne vient jamais sans le feu, annoncerait-elle l'incendie. Aujourd'hui la maison-mairie brûle, la discrète enquête de gendarmerie a porté ses fruits, le procureur a saisi le tribunal, Romain Bail passe en correctionnelle comme on dit familièrement. La nouvelle est tombée mardi soir, le site web de Liberté de Normandie, puis celui de Ouest-France, un entrefilet dans l'édition papier du quotidien régional aujourd'hui, Tendance Ouest aussi, d'autres médias bientôt, on vous les laissera découvrir.



Rendez-vous le 15 février !


Les audiences pénales sont publiques, et le nouveau palais de justice de la presqu'île est d'accès facile, alors gageons que nous y serons nombreux pour voir justice se faire ! D'ici là retrouvez-nous régulièrement nous avons encore quelques surprises à vous faire partager à propos du projet pharaonique et de plus en plus mal embarqué de notre édile sur la sellette! 

Et dans certains milieux, mardi, la joie était de mise et le champagne au frais ! On raconte que pour les vingt-deux complices à la mairie la potion était un peu plus amère!


Un toast en l'honneur de LPB...et de tous ses amis!

07 janvier 2018

C’est reparti pour un an ?




Exercice toujours un peu difficile le premier article de l’année ! Nous commencerons donc par des vœux chaleureux pour 2018, pour vous amis bédouins et vos proches, santé, bonheur, joie, paix, solidarité.  


Nous souhaitons que 2018 voie les responsables de la commune envisager d'abord le bien commun qui n'est pas, faut-il encore le rappeler, une addition de biens particuliers ni un gaspillage des deniers publics pour des idées utopiques. 


Que la politique municipale ne soit pas faite que de sempiternelles communications émaillées de mensonges. Que la politique économique, sociale de la commune s'inquiète enfin d'une juste répartition du bien-être de tous dans tous les domaines (environnemental, associatif, éducatif, sportif, économique, ... ).


Qu'on n'oppose jamais les pauvretés venues d'ailleurs et celles d'ici car ce sont les mêmes, et elles ne seront réduites que par un même souci du bien commun. 


Que l'on n'oublie jamais de respecter ceux qui transitent chez nous pour chercher refuge en Grande-Bretagne parce qu'ils ont tout perdu chez eux à cause de la guerre ou d'autres misères.


Puisse cette nouvelle année ouvrir les yeux des Ouistrehamais encore dupes d’une équipe municipale accrochée à son leader comme une bernique à son rocher malgré les remous causés par toutes les affaires en cours dont la presse s’est fait l’écho. Puisse la justice nous éclairer en la matière. 


LPB tentera comme les années passées - et dans la limite de ses petits moyens - de décrypter l’action municipale avec son style habituel. Nous allons préserver nos valeurs, notre enthousiasme et l’espoir en des jours meilleurs. 




Bonne année 2018 à tous.

22 décembre 2017

Dans la vitrine de Noël

Semper paratus*

Après une longue promenade sur la plage, en entrant dans la rue de la mer nous découvrîmes dans une jolie vitrine, entre boules et guirlandes dorées, une grande marionnette de Pinocchio qui fort étrangement avait l'air à la fois furieux et très étonné. Difficile de retenir un sourire quand on est autant au fait de l'actualité locale. Juste derrière, était disposée une belle maquette en bois, rouge et blanche, d'un bateau des gardes côtes américains. Les deux semblaient lancés dans une course effrénée. Deux superbes cadeaux qu'on aurait dit avoir été ainsi disposés par le Père Noël en personne. Toute l'actualité de notre petite ville représentée dans cette charmante vitrine grâce à la magie de Noël ! En effet, le grand Pinocchio vous le connaissez bien sûr depuis le temps que l'on vous en parle ! Mais en arrière plan ce joli navire à la proue volontaire et à la coque élancée n'aurait-il pas une allure familière ?

Pinocchio et les gardes-côtes


Filant sur les flots tumultueux à toute vapeur, ne craignant ni la tempête ni l'orage, évitant tous les écueils disposés sur sa route, son courageux équipage déterminé à aller au bout de sa mission coûte que coûte. Un navire insubmersible qui pourrait porter notre nom, Le Petit Bédouin.




Magique et poétique figuration où une petite embarcation fend les eaux troubles à toute allure, veillant sur un port menacé par un Pinocchio géant. Nous n'en demandions pas tant en cette fin d'année que cette scène prémonitoire pour attendre d'un pied ferme la nouvelle année qui se profile avec encore bien des aventures en perspective.

Certes les mauvaises langues diront que nous n'avions pas pris ce jour là qu'un bol d'air mais aussi certainement quelques verres de  vin chaud pour avoir autant d'imagination devant la vitrine d'un modeste magasin. Mais enfin vous avouerez quand même, quelle coïncidence non? En tout cas nous sommes au moins certains d'une chose, c'est que le bateau va plus vite que le Pinocchio ne court.

Bonnes fêtes et à l'année prochaine...très vite!

L'aventure continue!


*La devise des gardes côtes des Etats Unis est "Semper paratus" "Toujours prêt"
https://www.youtube.com/watch?v=ayYZg-JpMqE

19 décembre 2017

WANTED !

Sur la page FACEBOOK de la commune de Ouistreham, dont le directeur de publication n'est autre que le premier magistrat de la ville, un post nous invite, ou plutôt nous incite, à dénoncer les agissements de tel ou tel. 


Notre démarche vous étonnera peut-être mais nous souscrivons totalement à cette incitation à la délation. Aussi et pour vous prouver notre position assumée, nous souhaitons dénoncer les agissements suspects de 23 individus dont neuf arborent une écharpe tricolore (aux glands dorés pour l'un d'entre eux qui semble être leur chef).
Ces individus se réunissent assez régulièrement, pour la plupart, dans l'ancienne école de la commune, place Lemarignier.

Le Petit Bédouin se tient à la disposition des forces de l'ordre et de la justice pour toute explication nécessaire permettant aux Ouistrehamais de retrouver de la quiétude dans leur quotidien.

16 décembre 2017

BMM vu par les bédouins : le budget de fonctionnement

Le Bilan de Mi-Mandat (BMM) de Romain Bail est un chef d’œuvre d'enfumage des Ouistrehamais ! 
Les "bédouins" ont dressé leur propre bilan de ces trois premières années baillesques. Une série d'articles vous permettra de décrypter les mensonges que recouvrent le BMM et vous fera entrevoir la situation dans laquelle se trouvent réellement les finances de la ville. Quant aux promesses de campagne, eh bien ... ce  n'étaient que des promesses ! 

                     Une partie de l'éditorial de R. Bail dans le BMM distribué dans vos boites à lettres 

Nos sources


Nous aborderons différents chapitres pour vous éclairer sur la réalité des finances municipales. Toutes les données comptables de la ville utilisées dans ces dossiers sont issues du site gouvernemental auquel vous avez tous accès (https://www.collectivites-locales.gouv.fr/). Les comptes sont donc totalement officiels et approuvés. Allez-y vous même.



Le budget de fonctionnement communal  


Un petit rappel : Le budget de toute commune comporte deux sections, la section de fonctionnement et la section d'investissement.

La section de fonctionnement d'un budget municipal regroupe :
  • - Toutes les recettes que la collectivité peut percevoir des transferts de charges, de prestations de services, des dotations de l’État, des impôts et taxes, et éventuellement, des reprises sur provisions et amortissement que la collectivité a pu effectuer. Il s’agit notamment du produit des quatre grands impôts directs locaux, la dotation globale de fonctionnement (DGF) et la dotation générale de décentralisation (DGD). 
  • B- toutes les dépenses nécessaires au fonctionnement de la collectivité (charges à caractère général, de personnel, de gestion courante, intérêts de la dette, dotations aux amortissements, provisions) ;
La différence entre les recettes B et les dépenses A de fonctionnement donne le résultat comptable de l'année.

A - B = Résultat comptable   

 

Le résultat comptable de Ouistreham  


Les résultats sont parlants : En 2014 la mandature Bail a commencé par un trou dans le budget de fonctionnement de 208 000 € soit -22 € par habitant ! Comparativement pour des communes dans la même strate que Ouistreham (au sens du Ministère des Finances) le résultat comptable par habitant était en moyenne de 124 € la même année ! Ce déficit aurait été encore plus grand si l'année 2013 n'avait pas apporté un reliquat bénéficiaire de 159 000 € ! Les années suivantes, le résultat a été positif. Oui, mais quelle marge de manœuvre ! En 2016 le résultat comptable était de 3 000 € c'est dire la fragilité de l'équilibre ! 


Impossible de ne pas rappeler la prose du candidat Bail au moment de sa campagne électorale :




Pourquoi un tel résultat, vous demandez-vous ?  Une baisse des impôts promise par le Maire ?  Une baisse des dotations de l’État ? Examinons les choses de plus près.

Recettes du budget de fonctionnement


L'ensemble des recettes perçues par la commune est composé notamment des 4 grands impôts directs locaux (taxe foncière sur les propriétés bâties et propriétés non bâties, taxe d'habitation, contribution économique territoriale (CET) qui a remplacé la taxe professionnelle, cotisation foncière des entreprises (CFE) assise sur les bases foncières et de la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) assise sur la valeur ajoutée), la dotation globale de fonctionnement (DGF) et la dotation générale de décentralisation (DGD). 

Pour avoir un tel résultat de fonctionnement la commune doit avoir des recettes très en baisse vous dites-vous ? Qu'en est-il ?

Recettes réelles de fonctionnement en montant (milliers d'€) 
et rapportées à la population


Globalement les recettes réelles sont relativement stables. On constate une hausse de près de 300 000 € en 4 ans soit 2% des recettes. Dans ce contexte qu'en est-il des impôts directs ? Eh bien contrairement aux promesses électorales ils ont augmenté globalement de 15 % entre 2013 et 2016 (108 € de plus par habitant) ! 

  Recettes réelles liées aux impôts directs en montant (milliers d'€) 
et rapportées à la population


La part de la taxe d'habitation contribue à l'augmentation des recettes entre 2015 et 2016 : de 457 € par habitant en 2015 elle passe à 485 € en 2016 en raison de la suppression des abattements...  Merci Monsieur Bail ! Rappelons-nous qu'une autre partie de l'augmentation est attribuée à Caen la mer !
La baisse des dotations de l’État, si souvent claironnée par R. Bail, est bien réelle : elle passe de 174 € par habitant en 2013 à  93 € en 2016. Mais ce n'est que 6,7 % des recettes globales en 2016 !  

On le voit les recettes étant globalement stables. Ce sont les dépenses qui obèrent le budget de fonctionnement.  

Dépenses du budget de fonctionnement


Les dépenses nécessaires au fonctionnement de la collectivité (personnel, gestion courante, intérêts de la dette, dotations aux amortissements, provisions) sont les suivantes :

Dépenses en montant (milliers d'€) 
et rapportées à la population


Les dépenses ont augmenté de 3,5 % entre 2013 et 2016. Qu'en est-il des dépenses de personnel dans ces dépenses de fonctionnement ? 


Dépenses de personnel en montant (milliers d'€) 
et rapportées à la population


Et bien elles aussi ont augmenté de 440 000 € entre 2013 et 2016 soit 50 € de plus par habitant. Elles pesaient 55,5 % dans les charges du budget de fonctionnement en 2013 pour atteindre désormais 57 %. Il est loin l'engagement du candidat de faire baisser les dépenses de personnel ! Mais que voulez-vous, directeur de cabinet, chargés de mission Europe, chargés de mission pour le CRFB ....cela a un coût !  

Dans le même temps les subventions allouées aux associations ont baissé de 1 221 000 € en 2013 à 1 099 000 € en 2016 ! 

Voilà chers Ouistrehamais le budget de fonctionnement de la ville à mi mandat ! Bien différent du BMM n'est-ce pas ? Nous aborderons ultérieurement un second chapitre : le budget d'investissement.

12 décembre 2017

Sûvenirs, sûvenirs ...

Ah que Tonton Bédouin raconte...


Juillet 1961, la saison ouistrehamaise s'annonce sous les meilleurs auspices. Il faut dire que la cité est en plein essor, la Reconstruction s'achève, la nouvelle écluse est en passe de recevoir sa porte aval, le nouveau casino est la distraction dans le vent et ses manifestations rassemblent bien au delà de la station balnéaire.

Le casino reconstruit, oeuvre de l'architecte Pierre Dureuil, reçoit dans sa salle de spectacles au début des sixties de nombreux artistes à la mode. 

Johnny Halliday à Ouistreham


Après Pétula Clark, Sacha Distel ou Juliette Gréco en 1960 , avant Charles Aznavour, Dalida, Gilbert Bécaud ou Fernand Raynaud en 1962, c'est Johnny qui est accueilli au dancing du casino pour un tour de chant comme on disait à l'époque. Un lancement de saison plein de promesses en ce 14 juillet 1961. C'est Paris-Normandie alors quotidien régional diffusé dans le Calvados qui relate l'événement. Johnny Halliday a ouvert à Riva-Bella le défilé des grandes vedettes qui passeront cette saison au Casino municipal et cette entrée a été "sensationnelle". Un mot  à la mode que l'on écrit encore entre guillemets. Ce garçon est extraordinaire, poursuit le quotidien, pour le moins dithyrambique, son dynamisme est communicatif et le public nombreux qui garnissait les tables du vaste dancing a pris une part active au spectacle comme il est de tradition pour cette vedette débordante de talent, a magnifiquement été épaulé par ses accompagnateurs. Si l'enthousiasme du chroniqueur lui fait oublier un instant la grammaire, on ne l'arrête pas comme ça; il poursuit: ...rien ne peut arrêter le rythme infernal et prenant et la nouvelle et l'ancienne vague unirent leurs chaleureux applaudissements pour saluer chacune des interprétations...

La soirée relatée par Paris-Normandie dans son édition du 15 juillet.

Petit clown de mon cœur


Avant que la soirée ne se termine par le traditionnel bal animé par l'orchestre habituel, peut-être celui de José Borghesi, l'idole des jeunes interprétera une vingtaine de chansons comme le petit clown de mon coeur sur des paroles de Richard Anthony, 24 000 baisers (où il proclame, là c'est un peu raté et pas prémonitoire, et lorsqu'une fois centenaire, il me faudra quitter la terre sans même une prière...) ou bien encore Kili watch reprise aux paroles (?) lancinantes du groupe belge les Cousin's. L'artiste  d'à peine dix huit ans et qui n'est professionnel que depuis un an remporte un triomphe. Il a déjà enregistré à l'époque trente six chansons et vendu plus de 1,5 millions de disques. Cinq jours après il signera chez Philips, en abandonnant Vogue et en trouvant un nouvel imprésario en la personne de Johnny Stark.

Johnny sur la scène du casino de Riva-Bella il y a 56 ans...

Les portes du pénitencier


Il s'est en est fallu de trois ans pour que Johnny interprète la version française de The house of the rising sun mais il ne la créa sur des paroles d'Hugues Aufray qu'en 1964... ce qui nous évitera de commettre un anachronisme et d'imaginer que ces portes-là ne se referment prochainement sur l'auteur d'un fake...suivez mon regard...

Sources et illustrations: Paris-Normandie, bulletin municipal de Ouistreham, collection personnelle.

08 décembre 2017

On vous l'avait bien dit !

Il a fallu une soirée chez l'ambassadeur et un article de Ouest-France le jeudi 30 novembre pour confirmer ce que vous avait annoncé LPB depuis plusieurs semaines, les Anglais ne paieront pas le Centre d'Interprétation des Relations Franco-britanniques! Mais qui plus est: aucun crédit public n'est engagé pour le moment dans l'affaire! En un mot, pas un centime n'est prévu pour financer le Machin...

Alors que, souvenez vous...

  • Ouest-France du 9 mai 2017
 
Romain Bail fanfaronnait il y a six mois:
 "à l'heure actuelle on a 80% du financement"

  • Conseil municipal du 4 septembre 2017
Romain Bail affirmait, il y a trois mois, main sur le cœur et trémolos britannisants dans la voix, "grâce aux 2,5 millions de livres sterling apportés par le Normandy Memorial Trust, Ouistreham n'aura à sa charge que 250 000 euros". Et encore car il escomptait sans rire que des participations privées viendraient encore alléger la note finale. On sait ce qu'il est advenu de cette annonce ridicule...
 

Des verges pour se faire battre.


Bon vous allez me dire qu'en guise de vaseline, une soirée petits fours champagne sous les stucs dorés du Faubourg Saint Honoré, peut faire passer sans trop de douleurs un refus de financement britannique. Mais quand même il faut être un peu maso pour se la faire mettre publiquement de cette façon, d'autant plus que la baffe a été reprise par la presse locale (Ouest France cf plus haut) et  même nationale (Le Figaro dans son édition web) sous le titre, "le centre des relations franco-britanniques en quête de financements". Bon vous me direz aussi que la quête ça le connait, l'ancien enfant de chœur ! Et l'enquête (en un seul mot) dans tout ça ? Elle progresse paraît-il et pourrait aboutir à l'heure des vœux ?

photo british embassy

Ce que ça nous a déjà coûté...


Financements ou pas financements, on sait d'ores et déjà ce que ça coûte aux Ouistrehamais sans un centime de recettes en face. Et sans remonter bien loin, il suffit de regarder ce qui a été voté lors de la dernière séance de conseil municipal. L'opposition a voté contre mais les 23 autres ont approuvé sans broncher, et peut-être sans comprendre pour certains, une décision modificative au budget 2017 autorisant le maire à dépenser... 38 807 euros en frais de préparation (entretiens, comité scientifique, assistance à maîtrise d'ouvrage, fouilles archéologiques, charte graphique...) sans compter le recrutement d'un cadre chargé de mission, 140 000 euros pour déplacer le skate park et 200 000 euros de crédits de paiement pour la rémunération 2017 du cabinet d'architectes. Soit plus 400 000 euros en 2017 ! Et on vous le répète sans un centime de recettes en face... Ils sont devenus fous! Et complices...aveugles, sourds, manipulés, emportés par la mégalomanie de leur gourou, il leur faudra rendre des comptes un jour (et avant le jugement dernier, monsieur le premier adjoint...)

Un peu de sérieux, please !


Quant aux financements publics de nos collectivités bien françaises, entre propos lénifiants, soutiens mitigés et pas de clercs, on retiendra des présidents de la Région, du Département ou de Caen la mer une exigence d'un dossier sérieux et d'engagements fermes de la part des autres financeurs. On ne le désavoue pas encore...mais on le soutient comme la corde soutient le pendu. Et le jour viendra où on le laissera platement tomber, comme on en rit déjà sous cape.
 
Comment voudriez vous que le dossier soit sérieux quand le Projet scientifique et culturel, pièce maîtresse, établi (à grands frais) début 2016, prévoit un pôle muséal au rôle joué par les Britanniques dans la Seconde guerre mondiale alors que le projet vise aujourd'hui les relations franco-britanniques de Guillaume le Conquérant à nos jours? Quant aux études de fréquentation, 90 000 visiteurs/an, Romain Bail entend ainsi capter 10% du million de passagers annuels de la Britanny ferries. Deux secondes de réflexion, s'il vous plait! Ce million est le résultat de l'addition entre les allers et les retours, c'est à dire que ça ne fait guère que 500 000 individus par an puisqu'il y a fort à parier que ce sont les mêmes qui vont et qui viennent! Et qu'ils le font plusieurs fois par an comme les résidents secondaires. Et que beaucoup ne feront toujours que passer très rapidement par notre cité, ne serait-ce qu'en raison notamment des arrivées très matinales ou des départs très vespéraux des car-ferries. Le vivier des visiteurs potentiels est ainsi singulièrement réduit...

Faux en écriture présenté en conseil municipal, financements inexistants, dépenses inconsidérées, chiffres truqués, qui peut encore le suivre ?

05 décembre 2017

Ouistreham et les migrants !


Depuis plusieurs mois de jeunes migrants, africains pour la plupart, transitent à Ouistreham en espérant atteindre la Grande-Bretagne. Ils ont fui leur pays, se sont séparés de leurs proches et de leurs familles. Ils ont parcouru des milliers de kilomètres échappant au pire : la faim, la soif, la répression, la mort. Au nombre probable de 200 ils attendent sur notre commune de faire leur ultime étape dans des conditions déplorables : pas de point d’eau, pas de toilettes (délibérément fermées) dans une ville capable d’accueillir des milliers de personnes en été, pas de toit. Ils dorment à même le sol dans le petit bois à l’entrée de la ville.

Diverses associations dont le CAMO (Collectif d’Aide aux Migrants à Ouistreham), ou des habitants individuellement, des commerçants,  se battent pour leur assurer ce qu’il y a de plus élémentaire : de l’eau, de la nourriture et des vêtements. Mais une sorte de «  traque » régulière est organisée pour reprendre leurs maigres bagages (couvertures, sacs de couchage…) par la police municipale et par des forces de gendarmerie en « noir », comme les dénomment les migrants eux-mêmes. Ces faits sont une véritable « atteinte aux droits fondamentaux ». Nombre de Ouistrehamais ont dénoncé ces actions lors de FESTISOL (Festival des Solidarités organisé dans la France entière mais qui a eu un retentissement particulier à Ouistreham où film, conférence, débats et expo autour du thème des migrants ont permis de libérer la parole) le 18 novembre dernier face à un premier adjoint au Maire pour le moins décontenancé, embarrassé, empêtré dans le préambule de la Constitution,  … !

Certes les accords du Touquet, signés le 4 février 2003 entre la Grande-Bretagne et la France, existent rendant la fin du voyage de ces migrants extrêmement difficile mais ce n’est pas une raison pour faire preuve d’inhumanité sur notre commune et de faire de ces accords une machine à broyer les hommes. La lettre du Maire, Romain Bail, aux administrés a mis le feu aux poudres. Heureusement une lettre de réponse cinglante mais empreinte d’humanité d’un Ouistrehamais ne peut que nous réconcilier avec la générosité et l’altruisme dont font preuve les habitants face aux propos indignes d’un élu.

https://onedrive.live.com/view.aspx?resid=7BFDF1FD9009D313!2411&ithint=file%2cdocx&app=Word&authkey=!ABa0rIvan--5bfs

C’est pourquoi nous sommes solidaires de toutes les actions individuelles ou collectives qui tentent de rendre notre ville plus humaine et plus digne. Il ne s’agit nullement pour notre association de « récupérer » quelque mouvement que ce soit mais de soutenir nos membres dans leur volonté d’agir dans ces comités ou individuellement.


01 décembre 2017

La soirée chez l'ambassadeur et l'Université d'automne

A Paris, soirée chez  l'ambassadeur!


Le soir du 28 novembre notre municipalité et de nombreux "invités" étaient reçus à l'ambassade de Grande-Bretagne pour y entendre un discours fleuve sur l'intérêt de construire une salle de spectacle un centre des relations Franco Britannique sur la plage. Champagne à gogo et petits fours pour un entre-soi loin des préoccupations de notre petite cité. Avec une conclusion dans la presse sans équivoque deux jours plus tard: "Les anglais ne paieront pas", l'ambassadeur de Grande Bretagne, Lord Llewelyn (lien) ayant déclaré qu' il n'y aura pas un penny pour le projet CRFB ! Tout ce barnum pour rien sauf pour le plaisir de se faire prendre en photo avec l'ambassadeur et de se prendre pour les rois du monde entre copains.

Les gros titre le 30/11/2017.

Nous en sommes donc à un projet Franco-Britannique qui n'aura pas un sous des britanniques. Outre Manche auraient-ils compris que le projet ne se ferait pas? N'est-ce pas la formulation d'une sorte de "fake you!" en somme ?

Et pendant ce temps là dans un petit village gaulois...


Et pendant ce temps là l'association citoyenne rattachée au blog tenait sa seconde université d'automne à la Grange aux dîmes. Ambiance studieuse donc où différents groupes rendaient compte de leur travail réalisé les semaines précédentes chacun sur un thème différent relatif au bilan de mi-mandat de l'équipe municipal en place (qui avait été présenté un mois avant dans cette même salle). Le projet de Centre Franco-Britannique occupait bien sûr une part importante de cette rencontre mais il y était aussi question des nombreux projets abandonnés, de la politique culturelle, des voyages et surtout des finances.

Et pendant ce temps là...


Des explications et des panneaux.

Un peu affamé quand même après 1h30 d'attention soutenue, coupée il est vrai par une vidéo haute en couleurs, il fut temps d'attaquer les choses sérieuses en fêtant dignement l'arrivée du Beaujolais nouveau et en se restaurant un peu. C'était une ambiance pas très "soirée chez l'ambassadeur" il faut bien l'admettre.


L'abus d'alcool est dangereux pour la santé.

Ce fut donc une très belle réunion conviviale et chaleureuse qui se voulait pédagogique et constructive pour expliquer et comprendre. Un grand merci à tous et à toutes pour votre participation et à vous qui nous lisez toujours nombreux et continuez à soutenir le blog inlassablement!

Il se murmure que certains rentrèrent joyeusement à pied en sifflotant un petit air connu...mais ce n'est qu'une rumeur !