17 octobre 2017

Voyage...voyage...

Voyage voyage ,
Plus loin que la nuit et le jour,
voyage ....
....
 de Desireless

OUISTREHAM - LONDON... cancelled !



Trente cinq personnes devaient se rendre à Londres, aux frais de la commune du 16 au 18 octobre prochain ! Trente cinq !? Oui oui. Un groupe composé du conseil municipal (hors opposition), de chargés de missions, de quelques cadres de la mairie mais aussi de personnes chargées d'assurer des petits concerts sur place !Le programme des réjouissances était le suivant :


INVITATION RÉCEPTION à l’Ambassade de France à LONDRES Mardi 17 octobre 2017 à 18h pour l’annonce du lauréat du concours d’architecture du Centre des Relations Franco-Britanniques de Ouistreham Riva-Bella

Préprogramme

Lundi 16 octobre
15h30 : RDV Gare maritime de ORB (avec CI ou passeport valide) et enregistrement
16h30 : Départ du ferry
21h15 : Arrivée à Portsmouth et transfert à l'hôtel Ibis

Mardi 17 octobre
9.00 : Départ en bus pour Londres
11h : Arrivée à Londres
Programme de visites à venir (Tour de ville en bus à impériale, musées…)
17h30 : Arrivée à l’Ambassade de France à Londres
18h : Début de la réception
20h30 : Fin de la réception
21h : Départ en bus pour Portsmouth et nuit à l'hôtel Ibis

Mercredi 18 octobre
7h15 : Départ en bus pour Gare maritime de Portsmouth
7h30 : Enregistrement
8h15 : Départ du ferry pour ORB
15.00 : Arrivée à Ouistreham
Depuis quelques jours nous savons que tout est annulé, Londres a annulé ! La mairie avait-elle pris une assurance annulation ? Nous l'espérons !

OUISTREHAM - LA RÉUNION  ... on time !


Romain Bail était à la Réunion aux Journées Nationales d’Études de l’ANEL qui se sont déroulées pour la première fois dans l’île de la Réunion du lundi 9 au vendredi 13 octobre 2017, sur le thème "Les Outre-mer, territoires d’innovation pour le 21ème siècle ? Des stratégies gagnantes pour la transition : climat, énergie, littoral". Ce sujet est en effet totalement indispensable à la vie communale de Ouistreham. 


 Nous devons économiser disait-il !
... mais cela ne s'adresse qu'aux administrés !

Vous trouverez le programme complet de ces journées en allant sur la page suivante :
http://anel.asso.fr/wp-content/uploads/2017/10/Programme-ANEL-JNE-2017_d%C3%A9finitif.pdf




Les Journées Nationales d’Etudes de l’ANEL 
Ile de la Réunion 
du lundi 9 au vendredi 13 octobre 2017.

Avait-il un mandat spécial ? Que nenni ! Pas besoin, le maire va où il veut quand il veut ! No contraintes ! Les élus des autres structures délibératives de la région comme le Conseil Régional, doivent avoir un mandat spécial pour se déplacer mais à Ouistreham c'est OPEN BAR ! Donc Romain Bail parcourt la France, l'Europe, l'Outre-mer... à nos frais pour des journées d'études, des congrès ainsi que pour tous les comités de jumelages (ANGMERING au ROYAUME UNI, BRAINE-L'ALLEUD en BELGIQUE, LOHR AM MAIN en ALLEMAGNE) et autres structures qui nous nous échappent vraisemblablement. Quelques exemples ?
  • Journées de l'AFCCRE - Association Française du Conseil des Communes et Régions d'Europe - : Romain Bail est bien sûr dans le comité directeur ! Rappelez-vous c'est par ce biais que notre édile s'est rendu à Nicosie du 20 au 22 avril 2016, pour le 26ème Congrès du CCRE, sur le thème « Demain commence aujourd’hui ! Une vision locale et régionale de l’Europe en 2030 ». Ce Congrès était précédé d’une réunion du Comité Directeur qui a notamment porté sur les questions liées à l’accueil des réfugiés ! Pas sûr que Romain Bail ait compris les messages !

  • Journées de l'ANEL - Association Nationale des Élus du Littoral - Romain Bail y est membre du conseil d'administration ! Nous l'avions épinglé (avec un certain Baillergeau) à Saint-Tropez pour le congrès sur "Les collectivités du littoral face aux changements climatiques" les 28, 29, 30 octobre 2015. Il y eut aussi le Touquet les 6 et 7 Octobre 2016 sur le thème : « Les élus au cœur de la décision : de la loi NOTRe à la Stratégie nationale pour la mer et le littoral ». Apparemment les débats n'ont pas dû l'inspirer si l'on en juge par son appétence à respecter la loi littoral ! 
Ne parlons pas des voyages hors structures ! Le modeste voyage ci-dessus à Londres (annulé ou repoussé ?) pour 35 personnes en faisait partie !

A lire 


14 octobre 2017

Recherche mécènes désespérément


Un petit rappel

Toute la région connaît la fausse lettre lue par Romain Bail au conseil municipal du 4 septembre dernier.( https://www.youtube.com/watch?v=4R9NRc9420Y). Suite à ce coup de théâtre il s'est justifié dans la presse.


Dans les pas de Sherlock Holmes


S'il semble maintenant avéré que la lettre lue par notre édile lors du Conseil Municipal est bien fausse, il semble logique de vouloir en connaître l'origine et la motivation. Et manifestement Romain Bail rame à trouver des explications entrevoyant sans doute le sombre avenir du musée ! Ses explications sont un peu simplistes. Seuls quelques crédules endoctrinés les accepteront. Jugez en  plutôt !


Notre Sherlock local, à la recherche du coupable, devrait rencontrer ses homologues pour démasquer l'auteur de ce "faux" et clore ainsi cette polémique lors d'une rencontre le 17 octobre prochain. Ira-t-il seul (nous avons appris que le voyage programmé pour l'ensemble du Conseil municipal était annulé) ?  

Pour cet éventuel voyage, Le Petit Bédouin conseille quelques points de bon sens à notre Sherlock Bail afin qu'il résolve cette énigme et qu'elle ne finisse pas en Cold Case:
  • Comment et pourquoi un Email reçu du Normandy Memorial Trust à l'adresse mail du maire est-il devenu une lettre avec logo lue au Conseil Municipal ? Pourquoi ne pas avoir présenté l'Email original devant le conseil municipal avec une pièce jointe ? Rappelons que le document se présente comme une lettre avec un texte de mail écrit par un familier si on en juge par la formule de politesse, "Best wishes" !
  • Quel intérêt aurait le Normandy Memorial Trust à prétendre soutenir le projet du Centre Franco-Britannique de Ouistreham alors qu'il ne financera que la construction du Mémorial Britannique de Ver sur Mer (après que Colleville Montgomery ne fut pas retenue) comme c'est précisé dans la missive ? La fiducie a été créée pour cela.
  • Pourquoi le maire ne vérifie-t-il pas tous les documents remis au Conseil Municipal ? C'est une instance délibérative qui va donner son avis, voter en fonction des pièces officielles qui lui sont remises ! On ne met pas dans un dossier une pièce qui n'est pas signée !  Et à tout le moins on vérifie sa source.
  • Pourquoi n'avoir pas téléphoné à l'auteur du mail censé vous apporter une telle pour somme pour le remercier dès réception ? C'est la moindre des politesses et cela aurait permis de savoir que ce Monsieur, personnalité britannique reconnue, n'était plus au Normandy Memorial Trust depuis près de 3 mois !

Qui a fait ce faux ? That is the question !

En attendant pas un PENNY pour le CRFB


Drapé dans ses certitudes  le maire assure ne pas être inquiet sur le fait que de nombreux mécènes se bousculeront pour financer les 3 millions d'euros manquants. Après la réponse ferme de Mr Nicholas Witchell pour le Normandy Memorial Trust, il est permis d'en douter.  
Ce Centre Franco-Britannique, qui serait l'apothéose du mandat de Romain Bail, rencontre un obstacle monumental. Il semble être bien seul à vouloir mettre à l'honneur les relations millénaires entre la France et l'Angleterre ! Force étant de constater que nos voisins Britanniques s'en battent royalement le pudding !

Alors en attendant d'hypothétiques mécènes WAIT and SEE et surtout laissons la justice passer !


11 octobre 2017

En chemise (mouillée) et la corde au cou...

Afin de se faire pardonner l'affront fait à Albion, et accessoirement de tenter de récupérer les 2,5 millions de livres sterling, on suggère à nos élus de revêtir la tenue adoptée par Eustache de Saint-Pierre et ses compagnons pour aller à Londres faire amende honorable, un jour prochain lors du voyage prévu à nos frais par le maire. On se souvient (ou pas d'ailleurs) de l'épisode fameux de la Guerre de cent ans qui vit six bourgeois de la bonne ville de Calais* revêtir la tunique d'infamie et ceindre leur col d'un hart de chanvre. Longtemps passé pour un acte d'héroïsme d'habitants sauvant leur ville de la destruction, l'épisode des bourgeois de Calais était en fait dans l'esprit de l'époque un rituel de capitulation, de pénitence publique ou d'humiliation en vogue dans ce joyeux Moyen-âge. Ou quand le roman (pas Romain, vous avez bien lu !) national réalise un fake en quelque sorte !

La fameuse statue de Auguste Rodin commandée par la Ville de Calais. 
Il existe douze éditions originales en bronze des Bourgeois de Calais 
dont celle-ci édifiée à Londres près du Parlement .


Romain le perfide versus Albion la blanche


Fort courroucé par un siège qui n'en finissait pas, Edouard III le souverain anglais se serait bien offert le spectacle de nos six bobos gigotant aux fourches du gibet mais son épouse Philippa de Hainaut plaida leur cause et la peine fut commuée en emprisonnement. Bon tout ça c'était en août 1347, il y a environ 670 ans, aujourd'hui ça fait partie de l'histoire des relations franco-britanniques que notre bon Romain entend célébrer à son profit dans le très futur et très compromis Centre d'Interprétation. LPB, dans un louable souci d'économies se porte d'ores et déjà volontaire pour réaliser à peu de frais le panneau relatif à cet épisode !


Devant la gare maritime !

Ce célèbre groupe d'Auguste Rodin, Les bourgeois de Calais, légèrement adapté, sponsorisé par Photoshop** pourrait être implanté devant la gare maritime ! Imaginons une inauguration en grande pompe présidée par Romain Bail, aux frais des contribuables ouistrehamais-riva-belliens, le 16 octobre à 15h30, par exemple. Aux dernières nouvelles, la cérémonie et le voyage pénitentiel seraient reportés sine die pour cause d'actualité brûlante. Dommage, c'eût été pourtant une occasion supplémentaire de mouiller la chemise, comme il aime à le dire. La noble sueur de l'effort ou l'aigre transpiration de la crainte de suites judiciaires ? Y-aura-t-il un crédit spécial oranges au prochain budget ?

Six mois de prison.


Ce sera en fait la peine purgée par les six bourgeois de Calais. Philippe VI roi de France versa finalement la rançon réclamée par l'Anglois. Il paraît même qu'Eustache de Saint Pierre devint l'un des favoris d'Edouard III. L'histoire connaît de ces retournements !

*Aucune allusion au triste afflux de migrants que vit aujourd'hui notre commune! Ceci est une autre et dramatique histoire...
**Merci à Michel pour le montage et pardon à Auguste pour le détournement de son œuvre!

07 octobre 2017

Le passé au présent


Cet article aurait aussi bien pu s’intituler L’AVENIR AU PASSÉ ou RETOUR VERS LE PASSÉ ou encore NO FUTURE. Car à l’heure du « BMM » (Bilan Manifestement Mitigé ?) (Bail Maire Médiocre ?), on peut légitimement se demander si l’équipe aux commandes n’aurait pas un léger problème de concordance des temps et une nette tendance à faire du neuf avec … du vieux ?
Le slogan de la campagne "rominoubaillesque" donnait déjà le ton il y a trois ans : « l’avenir au présent »… Au-delà – et ce jugement n’engage que le rédacteur de cet article – de la pauvreté crasse d’un slogan qui sonne creux, force est de constater que l’action municipale de ces trois dernières années apparaît en « léger » décalage avec ledit slogan. L’avenir, donc…
avenir
nom masculin
(de le temps à venir)


Définitions
  • Le temps à venir, le futur : Vivre dans le présent et non dans l'avenir.
  • Les événements futurs : Avoir confiance en l'avenir.
  • Les générations futures, les personnes qui vivront plus tard, la postérité : L'avenir lui rendra justice.
  • Situation, sort de quelqu'un dans le temps à venir, évolution, destinée de quelque chose : Compromettre son avenir. L'avenir d'une entreprise.


L’avenir, donc, ce porteur d’espoir, de modernité, de projets innovants, semblait naturellement trouver son incarnation dans ce jeune maire, Romain Bail, qui mettait fin au trop long règne d’un vieux lion… Un jeune maire qui nous promettait donc « l’avenir au présent ». On allait voir ce qu’on allait voir. La ville allait prendre un nouvel élan, se tourner résolument vers le futur, la façon de gérer le personnel et de mener les affaires allait prendre un coup de jeune et, enfin, Ouistreham pourrait vivre avec son temps ! Pôle Europe, rénovation de l’avenue de la Mer, fête After Bac, projets hôtelier à la pointe du Siège et immobilier sur les jardins de la Mairie... Déjà l’ivresse nous gagnait. Déjà nous voyions Ouistreham rayonner sur la Côte de Nacre, sur le Calvados, sur la Normandie, sur … Et puis, pschit.



 
 




Alors, que faire quand on est à court d’idées pour demain ? Eh bien, on vous le donne en mille, c’est pas bien compliqué : remettre hier au goût du jour ! 

Un pique-nique rétro par-ci, une fouée de la Saint-Jean par-là, un bal du 14 juillet, un Carnaval aux chars fleuris de 15 000 pièces en papier et des feux d’artifices en veux-tu en voilà. Célébrons l’avenir ! 

Et puisque monsieur le Maire est un démocrate, élisons ! Une Super Mamie (ça c’est vraiment nouveau) ; une miss Riva-Bella, comme au bon vieux temps ; un comité de retraités qui pense le Ouistreham de 2050 ! Moderne, on vous dit ! 
Et puis, on pourrait changer le nom de notre commune et lui accoler celui de Riva-Bella… comme avant ! 
Célébrons l’avenir encore, avec un projet pharaonique mettant en valeur 1000 ans de relations franco-britanniques… passées ! 
D'autres idées d’avant-garde pour la plage : revivifions la promenade de bord de mer avec de bonnes vieilles planches à la mode d’antan. Une autre : mettons en place un novateur Club Mickey pour l’été ! Et encore une : redonnons un nouveau souffle aux cabines de plage pour retrouver l’ambiance Belle-Époque ! Des idées, encore et toujours : la location de chiliennes en bord de mer ! 
Et, bouquet final, implantons « un lieu nouveau pour des activités nouvelles » (salon de thé, bals, cabaret) : le Dansoir et son innovant bar Art Déco ! 
N’oublions pas non plus que des émissions de télévision dernier cri ont été délocalisées à Ouistreham : Midi en France et Le Jour du Seigneur...

Alors bien sûr, encore une fois, on nous reprochera notre mauvaise foi. Bien sûr, on nous dira que des mesures pour l’avenir il y a avec, entre autres, le projet éolien off-shore (mais merci PNA et EDF/EN). 
Bien sûr on nous dira que la ville s’est modernisée : bornes pour les voitures électriques et LED pour éclairer la ville (merci le SDEC), caméra sur la plage, nouveau logo, surveillance vidéo, conseil municipal filmé ! 

Il n’empêche, pour faire fi du passé proche, sans doute trop associé aux mandats d’André Ledran, Romain Bail a clairement opté pour le retour à Ouistreham d’un passé plus lointain. Est-il atteint d’une fièvre commémoratrice chronique ? Ne fait-il que surfer sur la vague gentiment passéiste mais tendance du « c’était mieux avant » ? Toujours est-il qu’en toute honnêteté, on ne voit pas bien en quoi notre ville a positivement changé en trois ans ni qui pourra nous expliquer en quoi la politique actuelle de notre ville est tournée vers l’avenir. 

Monsieur Bail, s’il est prétendument calé en histoire, semble l’être moins en conjugaison : ce n’est à pas au futur qu’il conjugue l’avenir de notre ville mais bien … au passé ! 

04 octobre 2017

Un nouvel enfumage scandaleux

Un enfumage scandaleux !


Un thème est passé relativement inaperçu lors du conseil municipal du 29 mai dernier : celui de la renégociation de la dette de la commune. Romain Bail y a fait allusion sur sa page Facebook du 22 mai pour égratigner une fois de plus la gestion de l’équipe municipale précédente !


Un charabia innommable  ! 


« Une soulte globale de 120 000 € contre plus de 2,4 millions en début de négociation ; la sortie du risque qui pesait sur les Ouistrehamais ; le désengagement de 600 000 € d’investissements pour 2017 – 2018 pour nos projets et aucun allongement de la dette dans le temps pour ne pas peser sur les générations futures ! Bravo à l’équipe ! » écrit R. Bail !


Comprenne qui pourra ! 

"Une soulte globale de 120 000 € contre plus de 2,4 millions en début de négociation" : Qui peut croire une telle ânerie. C'est de la confusion mentale, de l'enfumage pour esprits simplistes ! Bail aurait dépensé 120 000 € pour économiser à la ville 2,4 millions d' € peut-on comprendre ! ? Imbroglio, micmac irresponsable ou alors les banquiers sont devenus des "pères Noël" !  

Après cette glorification on attaque l'ancienne équipe municipale ! "la sortie du risque qui pesait sur les Ouistrehamais" ! Ah les emprunts toxiques de André Ledran ! Il y avait quelques mois que l'on n'avait pas entendu ce thème récurrent ! 
  

Alors ne reculant devant rien, nous avons fait appel à un professionnel de très haut niveau ayant travaillé comme expert dans de grandes banques pour décrypter ce nouvel enfumage que les conseillers municipaux, anesthésiés sans doute, ont voté comme un seul homme ! Il faudra un jour rendre des comptes pour une telle incompétence !

La renégociation 

Avec les documents publics du conseil municipal nous avons étudié cette renégociation qui n'avait nullement pour but de protéger les Ouistrehamais d'emprunts toxiques ! Trois prêts ont en effet été renégociés dont le but est de baisser les charges sur deux ans (2017 et 2018). Romain Bail aura ainsi les coudées plus franches pour le projet de sa vie de Bail, ... son musée. 

Outre le passage des prêts en taux fixe (à 2,42%), une des modalités de la renégociation a été le gel sur deux années de l’amortissement de deux des trois prêts assortis de lourdes pénalités pour chacun des trois prêts soit :
311 000€ + 340 000€ + 488 000 € = 1 139 000€ ! 

Voyons les choses concrètement encore : 

Avant la renégociation en 2016 

Le capital restant dû était de 8 675 965€ et l'annuité de remboursement de 847 732€. 

Après la renégociation en 2017 
Les chiffres qui suivent constituent une hypothèse basse qui ne tient pas compte des frais de dossier et éventuelles autres charges.

  • Le capital restant dû atteint désormais de 9 815 000€ (8 675 965€ + 1 139 000€ de pénalités).
  • Sur 2017 et 2018 la charge de remboursement est diminuée de 690 484€ grâce à la franchise en capital. 
  • Mais à partir de 2019 l'annuité de remboursement de ces 3 prêts sera de 1 320 465€, soit +472 733€ par rapport à 2016. Autrement dit l'augmentation de l'annuité en 2019 est de 56 % ce qui est insupportable ! Même si nous étions restés en taux variable jamais une telle augmentation ne se serait produite !
  • En 2020, l'annuité sera de 1 245 112€, soit +397 380€... ! Et +323 415€ en 2021 ....
  • Il faudra attendre 2029 pour retrouver la charge de remboursement équivalente à celle de 2016 !  
  • Cette renégociation vient aggraver considérablement l'endettement de la ville et hypothéquer le financement de nouveaux projets pour les années à venir ! Clairement le seul bénéfice de cette opération est de dégager 690 484€  de trésorerie en 2017 et 2018 .... mais pour quoi faire ?   

C'est une perte de plus de 1,2 million d'€ au final que devront assumer les successeurs de Romain Bail !

01 octobre 2017

A six-minute fake ?

Conseil municipal du 4/09/2017 : Lecture de la soi-disant lettre du "Normandy Memorial Trust" par Romain Bail au cours du conseil municipal de Ouistreham. Problème, cette lettre est un FAUX !

Voir la vidéo ci-dessous





Mais qui est l'auteur et/ou le commanditaire de ce faux document ? Les ouistrehamais se posent cette question depuis nos révélations reprises par les journaux locaux ? Le Petit Bédouin aussi ? Alors ... ?

(1) Ce passage a été extrait de la vidéo officielle du conseil municipal du 4/09/2017. Lien vers le site de la mairie de Ouistreham : https://www.youtube.com/watch?v=4R9NRc9420Y

30 septembre 2017

De l'érection ... à l'élection !

De l'érection...


L'information a été vite oubliée mais la commune a investi 18 000 euros dans l'érection de la reproduction de notre phare au 1/5 dans le décor du parc de Festyland, dont Hervé Lebel est le créateur .(lien)




... à l'élection !


Félicitons notre maire, Romain Bail, 7ème vice-président de Caen la mer en charge du tourisme, pour cet investissement sur le parc et ...
 ... félicitons Hervé Lebel, directeur du parc de Festyland pour son élection à la tête de l'office du tourisme de Caen la mer.

27 septembre 2017

Faux, intox et manipulation ?

L'article L441-1 du Code pénal définit le "faux" comme une altération frauduleuse de la vérité. "L'usage de faux" est le fait d'utiliser en toute connaissance de cause un faux dans le but d'obtenir les mêmes résultats qu'avec un document original. La peine encourue est de trois ans d'emprisonnement et 45 000 € d'amende. Lorsque le faux est commis par une personne dépositaire de l'autorité publique agissant dans le cadre de ses fonctions, l'infraction est passible de la Cour d'Assises, de quinze ans de réclusion criminelle et de 225 000 € d'amende. Il y a de quoi "mouiller sa chemise" de terreur cette fois, pour reprendre l'expression favorite du maire de Ouistreham...


Fake, bogus ou foutage de gueule?


Comme le dit Romain Bail, le Centre d'Interprétation des Relations Franco-Britanniques va continuer à faire couler beaucoup d'encre, mais sans doute pas de celle, dithyrambique, dont il a l'habitude. Un faux courrier a servi de pièce maîtresse au vote d'une délibération du Conseil municipal; sa lecture ampoulée, théâtrale, un tantinet ridicule* a emporté le vote favorable de sa majorité, qui sans broncher a adopté une autorisation de programme, un engagement budgétaire de la commune donc quoiqu'il en dise, de près de 15 millions d'€ HT. Madame Börner, élue de l'opposition, a émis un doute sur le sens exact du courrier britannique, doute balayé d'un geste, d'un toucher de cravate et d'une manière de "je comprends l'anglais, moi".

*on ne résiste pas à la prononciation à l'anglaise de Ver-sur-Mer, Colleville-Montgomery ou Kieffer! Réécoutez le passage, c'est vraiment très drôle!


Une nouvelle délibération



Aujourd'hui, compte tenu du document falsifié qui a vicié le consentement des élus, la seule solution qui s'offre au maire est de convoquer en urgence une nouvelle séance de conseil pour proposer un nouveau plan de financement qui ne tiendra pas compte de la pseudo participation du Normandy Memorial Trust. Il profitera de cette séance pour présenter aux élus le récépissé de dépôt de la plainte qu'il n'aura pas manqué de déposer pour "faux" auprès des gendarmes ou du procureur. (On l'a connu en d'autres moments, pour en avoir fait les frais, plus réactif). Il ne doit pas être si compliqué pour un enquêteur de remonter aux origines du mail...devenu lettre, de connaître son auteur et de découvrir enfin... à qui profite le crime ! C'est la seule manière de s'en sortir, à peu près la tête haute ! Romain Bail après s'être fait applaudir en compagnie de ses 22, on a failli écrire complices, a invité les élus à se montrer vigilants quant à la réalité et à la réalisation du projet. C'est le moment, Mesdames et Messieurs de demander des comptes!


Oui STOP!

24 septembre 2017

Ouistreham en trompe-l’œil

Tonton Bédouin raconte ...


25 septembre 1962, sort, en avant première à Paris dans la grande salle du T.N.P. au Palais de Chaillot, le film de Darryl Zanuck "Le jour le plus long". Un illustre spectateur, le général de Gaulle himself. Le tournage a commencé plus d'un an auparavant en Corse au mois de mai 1961, les scènes tournées en Normandie l'ont été à partir d'août. Une dizaine de minutes sont consacrées à la libération de Ouistreham par le commando Kieffer.

La une de Paris Match du 29 septembre 1962 dont la photo est ainsi légendée: 
"Le débarquement des alliés en 1944 à Ouistreham, une des scènes du film Le Jour le plus long, dans lequel Darryl Zanuck fait revivre la plus gigantesque opération militaire de tous les temps".

Le tournage du Jour le plus long


L'adaptation cinématographique du best-seller de Cornélius Ryan, The longest dayréserve une plus grande place à notre cité que l'ouvrage lui-même. On murmure que l'Armée, qui a fourni à la Fox pas mal de moyens en hommes et en matériel y serait pour quelque chose, voire de Gaulle lui même qui aurait souhaité que le rôle des Français dans les combats du Jour J soit mis en exergue. Et les Français du Jour J ce sont les hommes des troops 1et 8 du N°4 commando, le fameux commando Kieffer. Le célèbre capitaine de frégate est recruté comme conseiller technique et son rôle dans le film est confié à Christian Marquand, le séduisant partenaire de BB dans Et Dieu créa la femme.

Pour le décor c'est plus compliqué, la côte normande du début des années 60 est en pleine reconstruction et il est difficile de trouver des paysages qui ne portent pas des marques de renaissance. Les plages du Cap Corse ou de l'île de Ré, plus sauvages, sont mises à contribution. Pour Ouistreham, le casino rasé en 1942 est déjà reconstruit dans la forme que l'on connaît actuellement; le quartier du port n'a plus grand chose à voir non plus avec son aspect de 1944. C'est donc Port-en-Bessin qui servira de décor, tout y est ou presque, un bassin, une écluse, un pont, un caractère normand indéniable. Ah il manque un casino, peu importe on en construira un, en bois et plâtre, on y ajoutera un hôtel en s'aidant d'un bâtiment existant voué à la démolition. La Fox ne recule devant rien pas même devant l'anachronisme car le casino de Ouistreham a été rasé en 1942 et il n'en subsiste plus le six juin que les sous-sols transformés en bunker par l'occupant.

Une séquence du film:
 les commandos à l'assaut du casino passent devant l'hôtel Bellevue après avoir traversé l'écluse. 

Si l'ouverture du véritable hôtel Bellevue remonte à l'après-guerre, il existait avant guerre un bar " Belle-vue" tenu par Raoul Malicorne, face au casino, renommé pour ses gaufres et ses huîtres. Il n'avait toutefois pas résisté à l'occupation et à l'évacuation du secteur de la plage. Le bâtiment massif portais, réellement endommagé en 1944, et qui peut faire penser à l'Hôtel de la plage propriété d'Alfred Thomas est l'ancien préventorium, le vieux et bien oublié Hôtel du Nord. Arasé après le tournage il n'en subsiste plus aujourd'hui que le rez de chaussée aménagé en salle des fêtes. Au premier plan, on distingue des obstacles antichars reconstitués dits "dents de dragon". On peut en voir de semblables, eux authentiques, aujourd'hui encore au pied des dunes sur la plage de Riva-Bella.

Un casino de fantaisie


Les décorateurs de la Fox se sont délibérément écartés de la vérité historique puisque le bâtiment reconstruit au pied de la tour Vauban de Port-en-Bessin est inspiré d'une construction balnéaire du XIXème siècle, beaucoup plus dans l'esprit des villas Andry ou Thierry ou bien encore du château Lebas à Colleville qui, lui, servit de repère pour le débarquement du commando.

L'original, oeuvre de l'architecte Duroy construit vers 1930 et démoli en 1942

Le casino en 1944 rasé, on reconnait l'escalier et la rampe d'accès des véhicules. C'est cet ouvrage fortifié dont se rendront maîtres les commandos.

Le casino revu et corrigé par la 20th Century Fox  
(archives Ouest-France)

Et je ne vous parle pas des religieuses en cornette qui s'efforcent, sous la mitraille, de secourir les victimes. La scène a, elle, été totalement inventée par le réalisateur même si on peut y voir un discret hommage local et sans doute volontaire aux Filles de la Charité de Saint Vincent de Paul qui tinrent pendant quelques années les "classes d'asile" destinées aux enfants abandonnés dans le bâtiment du préventorium. Les entorses avec la vérité historique ont, d'ailleurs quelque peu chagriné les vétérans, Maurice Chauvet, un temps conseiller technique quittera le tournage et Gwen-Aël Bolloré, à la sortie du film, s'élévera publiquement contre la "grande fantaisie" du film. On ignore quelle fut la réaction de Kieffer et même s'il assista à la projection car tombé malade en 1962, il décédera en décembre.

Trace de tournage


Si les décors ont rapidement été démontés, il reste, aujourd'hui un témoin muet de l'événement. Une façade peinte, place de la Fontaine à Port-en-Bessin garde pour sans doute quelques années encore le souvenir de l'époque où pour des raisons de cohérence à l'image, un commerce avait du changer de raison sociale.



Sous les lettres à demi effacées "Port-en-Bessin", on devine encore plus estompées celles de "Ouistreham", souvenir de cette année 1961 où le Bazar de Port était devenu celui de Ouistreham...ah ces Américains!


In cauda venenum...


... ça vous aurait manqué reconnaissez le !

Finalement des bâtiments de carton-pâte, un peu virtuels construit façon bunker en bordure de plage pour une histoire un peu arrangée, ça ne vous rappelle rien à Ouistreham ? Un bunker moderne qui cachera aux riverains une partie de l'horizon et qui coûtera une blinde aux Ouistrehamais, un Centre d'interprétation qu'il appelle ça le metteur en scène... Bon, un détail, le Jour le plus long, quoique contestable historiquement, a attiré dans les salles 11 900 000 spectateurs rien qu'en France ! Un succès financier qui a permis à la Fox d'éponger le déficit de son précédent film à grand spectacle, Cléopâtre. On voit mal qui pourra éponger, à part nous, pauvres contribuables, le prévisible déficit financier du projet pharaonique de notre Cléopâtre à nous...

Pour aller plus loin 

(s'agissant du Jour le plus long, pas de Cléopâtre bien sûr!)

Le jour le plus long, Cornélius Ryan, Robert Laffont 1961, maintes fois réédité
Le Débarquement au cinéma, Hors série Ouest-France, 2014
Commando Kieffer, Jean-Charles Stasi, Heimdal, 2014
Paris-Match, 29 septembre 1962

et bien d'autres encore...

20 septembre 2017

Faux et usages de faux ?

Pour financer son rêve, Bail... 

Romain Bail, obsédé par la construction d'un centre des relations franco-britanniques, multiplie les effets d'annonce, les déplacements, active des réseaux. Rien ne l'arrête dans sa quête pour voir son rêve devenir réalité !

Malgré un "business plan" bancal et utopique et des questions environnementales balayées d'un revers de main, Romain Bail annonce avec fracas que le financement en vue de la construction de son "chef d’œuvre" est bouclé à hauteur de 15 millions d'euros et que l'inauguration aura lieu fin 2019. Et le voilà, à marche forcée, réglant les procédures administratives comme la présentation de son projet devant le conseil municipal. Chose faite le 4 septembre dernier, où le public présent a eu le privilège d'assister à une brillante prestation théâtrale dont il a le secret.

Interpellé de façon pertinente sur le financement par une conseillère municipale de l'opposition, Madame Sophie Börner, le maire n'a pas résisté à lire les lettres des généreux donateurs dont, en anglais, celle du NORMANDY MEMORIAL TRUST, un organisme prêt à financer le projet à hauteur de 2,5 millions de livres, subjuguant certains élus de la majorité dont le regard exprimait une dévotion complaisante ! Allez voir la vidéo du conseil municipal du 4 septembre (de 2h 10 mn à 2h 15 mn). 




Quant à ladite lettre, la voici : 



lettre remise aux conseillers municipaux 
avec celles de Joel Bruneau, Jean-Leonce Dupont, Hervé Morin,
toutes datées du 28 août !  

Traduction de cette lettre : 


Cher monsieur Bail

L'ancien Ambassadeur de France, Peter Ricketts, que vous aviez rencontré, a été informé de votre projet dans le cadre de la présidence du Normandy Memorial Trust.

Ce projet passionnant fait partie de la construction de notre Mémorial en hommage à tous les Britanniques tombés pendant la campagne, soit à Colleville Montgomery soit à Ver sur mer, qui sont les deux sites retenus. Liam O'Connor en tant que consultant principal est en train de travailler sur les plans de ce mémorial. Vous savez que le mémorial inclut aussi une section dédiée aux Commandos Français du Commandant Philippe Kieffer qui a débarqué sur Sword Beach.

Le Normandy Memorial Trust a aussi reçu l'appui du Gouvernement Britannique pour le projet avec l'engagement de verser 20 millions de livres de la Trésorerie britannique pour financer le coût du Mémorial.

Dans le but de soutenir votre projet et d'y prendre part, le Trust vous offrira la somme de 2,5 millions de livres, conformément à la dernière réunion du Comité.

Si cette proposition vous agrée, nous aurons plaisir à vous rencontrer le plus tôt possible afin de que vous nous informiez davantage sur le projet et ses aspects financiers.

Dans l'attente d'une réponse rapide de votre part

Bien cordialement,

Alastair Dutch OBE
Director
The Normandy Memorial Trust Ltd.


Perfide, voyant le mal partout, c'est bien connu, Le Petit Bédouin s'est mis en quête de vérifier les dires et l'authenticité des documents fournis aux membres du conseil municipal par Romain Bail lui-même. Et là, ce que notre esprit malin et vicieux soupçonnait s'est révélé juste : la lettre est ... un faux !

... présente un "faux" au conseil municipal !

 

Partant de la lettre du NORMANDY MEMORIAL TRUST (NMT), un de nos amis, parfaitement bilingue, a pris contact directement avec cette fiducie britannique, créée en 2016, pour avoir confirmation de son engagement financier dans la construction du Centre des relations franco-britanniques à Ouistreham. Par une réponse de Mr Nicholas Witchell du NMT en date du 14/09/2017, celui-ci affirme que la lettre lue par le maire de Ouistreham est un "FAKE" ou un FAUX pour ceux qui n'ont pas eu la chance d'étudier la langue de Shakespeare.

Nous avions eu des soupçons en constatant que la lettre remise officiellement aux conseillers municipaux n'était pas signée et comportait des expressions et des formulations surprenantes (formule de politesse inadéquate dans une lettre officielle, disposition de la date, écriture des sommes proposées peu académique, tournure de phrases, pas de référencement ...). Aussi avons-nous poussé nos investigations :
  • Première découverte surprenante : le soi-disant auteur de cette lettre datée du 23 août 2017 au nom du NORMANDY MEMORIAL TRUST (Mr Alastair Dutch OBE, Director), et remise par Romain Bail aux membres du conseil municipal, avait démissionné de cette fiducie au début de juin 2017 ! Il s'agit pourtant d'une pièce on ne peut plus officielle puisque faisant partie du dossier soumis au vote des membres du Conseil ! Mais alors, qui est donc l'auteur de cette lettre ou de ce montage ?
  • Deuxième découverte, le NORMANDY MEMORIAL TRUST n'envisage apparemment pas de verser la moindre livre  à la ville de Ouistreham pour le CRFB, mais concentrerait son aide financière sur le Mémorial de Ver-sur-Mer !
Email reçu en réponse à une interrogation d'un bédouin

Traduction de cet email 

Cher M. ...,
Merci pour votre email 
Il y a plusieurs précisions que j'aimerais apporter :
1 - La lettre en pièce jointe à votre message est un faux. Je n'ai aucune idée de l'identité de l'expéditeur de la lettre.
2 - Le prétendu expéditeur de la lettre, Alastair Dutch, a démissionné du conseil d'administration du Trust début juin. Catégoriquement, il ne peut pas avoir envoyé cette lettre. Lui et moi aimerions savoir qui a envoyé cette fausse lettre.
3 - Je peux affirmer catégoriquement que le Normandy Memorial Trust ne finance pas et ne financera pas le Centre Franco-britannique de Ouistreham.
4 - Nous souhaitons que le projet du maire Bail réussisse. Cependant, toute notre énergie et nos finances iront au Mémorial britannique du D-Day, prévu à Ver sur mer.

Sincères salutations

Nicholas Witchell
Normandy Memorial Trust



Une affaire à suivre ...

Alors, qui est le responsable de ce faux utilisé comme pièce par le maire devant le conseil municipal et lors d'une conférence de presse, relayée dans les colonnes des médias locaux ? 

Nouvelle tromperie ?  Faux, usage de faux, usurpation d'identité dans le cadre d'un plan de financement présentée aux élus de Ouistreham, aux collectivités locales (Conseil départemental du Calvados, Conseil régional de Normandie, Communauté d'agglomération), à la presse, aux Ouistrehamais ? Voilà une bien curieuse méthode pour réaliser ce Centre des relations Franco-Britannique à Ouistreham ! 

Élus de la région, du département, de la municipalité : allez-vous rester sans réaction ?

Sommes-nous à Ouistreham au début d'un CRFB Gate ?

16 septembre 2017

De Huile sur le feu


La présence de migrants sur Ouistreham est un problème douloureux pour tous :
  • pour les migrants, très souvent mineurs qui ont tout quitté pour partir en Grande-Bretagne via la liaison transmanche de la Brittany Ferries, avec très peu de chance d’y parvenir,
  • pour les habitants de Ouistreham qui sont démunis, partagés entre l’empathie pour ces jeunes migrants en situation indigne et inhumaine et la colère ou la peur de voir la commune transformée en nouveau Calais.

L’art de mettre de l’huile sur le feu


Dans ce contexte Romain Bail a tenu une conférence de presse en grande pompe mercredi 13 septembre 2017 pour dénoncer un fait divers lié aux migrants en le remodelant à sa manière. Il a déclaré « Une étape a été franchie par une agression lundi après-midi 11 septembre 2017. Une fillette de 11 ans a subi, sur le port de Ouistreham, une tentative d’atteinte sexuelle par un migrant mineur fortement alcoolisé. Il a été placé à l’aide sociale à l’enfance et relâché aussitôt. Certes, il y a des renforts de gendarmerie, mais on se sent abandonné et j’attends désormais une réponse de l’État sur la situation des migrants et sur la sécurité en termes de forces de l’ordre et de réponses judiciaires. J’ai appelé Bruno le Maire, ministre de l’Économie qui va faire remonter l’information sur la situation des migrants auprès du ministre de l’Intérieur. »

Ah la faute de l’État ! Un grand classique chez Romain Bail ! 

Une mise en scène baillesque ! Comme un ministre !
Avec M. Hitier toujours souriant et un policier pour faire plus sérieux !

Depuis c'est le déchainement des médias avec des articles souvent sérieux et posés nécessaires à la réflexion sur un tel sujet mais aussi d'autres beaucoup plus suspects avec des titres trompeurs et des photos affligeantes et fausses ! 

                                    .....


Romain Bail dénonce une agression sexuelle ! On aura tout vu dans cette bonne ville de Ouistreham !

Les réactions officielles


Si Romain Bail, parle de tentative d’atteinte sexuelle, la procureure de la République de Caen explique dans la presse qu’il n’y a eu aucun contact physique et donc pas d’agression sexuelle. Le jeune homme aurait dit « bisous, bisous » dit-elle dans sa communication. 

Si Bail s'estime abandonné par les pouvoirs publics, la justice indique travailler avec acharnement pour démanteler les filières et sanctionner ceux qui tentent de passer. Quant au cabinet du préfet, il rappelle que les effectifs des forces de l'ordre ont été renforcés depuis 2016 et que des travaux de sécurisation de la gare maritime se poursuivent avec l'aide financière des anglais. On compte en effet 41 gendarmes sur la commune et 8 réservistes ce qui est exceptionnel et ces forces de l’ordre sont très actives et réactives. Elles patrouillent en permanence.

Faut-il croire la justice ou un politique local qui se disqualifie souvent, fut-il maire ?

En conclusion


Comme à l’accoutumée Romain Bail se défausse sur l’État ! L’État responsable de tous ses maux ! Ses propos maladroits et borderline obligent les autorités à rétablir la vérité. Un fait relativement désagréable, certes, surtout pour une petite fille, devient une tentative d'agression sexuelle dans ses propos. C’est ainsi que l’on entretient une psychose et un clivage supplémentaire des ouistrehamais ! On le voit sur les pages "facebook" où on lit des propos racistes et violents et d’autres empreints d’empathie pour ses jeunes migrants.

L’image de la ville, où l’activité touristique est importante, s’en trouve ainsi ternie par des propos disproportionnés proférés par la personne même en charge du tourisme à Caen la mer, Romain Bail ! Bravo pour les compétences de ce vice-président ! 

Bien sûr personne ne veut transformer la ville en "Calais bis" mais un peu d'humanité Mister Bail et n'attisez pas le feu en transformant des incidents regrettables en événements dramatiques. C'est honteux !

A lire

http://france3-regions.francetvinfo.fr/normandie/calvados/caen-mer/ouistreham/agression-ouistreham-torchon-brule-entre-prefet-romain-bail-dossier-migrants-1327527.html

https://actu.fr/normandie/ouistreham_14488/violence-sur-une-fillette-par-migrant-pres-caen-maire-reagit_11868436.html




https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/le-maire-de-ouistreham-ne-veut-pas-que-sa-ville-devienne-un-nouveau-calais-1505320779