23 août 2016

21 juillet 2016

Good trip to US Mr Bail !

Romain Bail, maire de Ouistreham, vice président de Caen la mer en charge du tourisme et du littoral, a déserté la station balnéaire en plein été. Il est parti aux Etats-Unis pendant plus d'un mois. Une ville à l'abandon et qui s'interroge sur son avenir avec un maire fantôme...

"Good trip to USA"




Comme le prouve un post sur Facebook, "je ne suis pas en vacances mais en voyage officiel aux Etats-Unis" (traduction du message Romain Bail sur sa page Facebook), il abandonne son poste, en plein été, au moment même où la ville de Ouistreham passe de 10 000 à 20 000 habitants et en pleine saison touristique, lui, le responsable de Caen la mer pour le tourisme et le littoral !


Chargé du tourisme et du littoral Bail brille par son absence ! 


Etre vice président de Caen la mer pour le tourisme et le littoral ne serait-il qu'un titre honorifique qui n'impose aucun travail, aucune contrainte, aucune présence ? N'est-ce qu'une source d'indemnités d'élu ? Les citoyens sont en droit de se poser la question. Pouvez-vous nous répondre Monsieur Bruneau ?  


Naïvement nous pensions que Romain Bail se chargerait de la mise en œuvre de la politique d'animation et de gestion du littoral de l’agglomération puisqu'il en a la responsabilité. Pour cela, ne doit-il pas vérifier l'application de la réglementation (balisage de la plage, fonctionnement des cinq postes de secours) et aussi contrôler le nettoyage matinal et quotidien de la plage avec le magnifique engin qu'il a fait acheter par Caen la mer avant de s'envoler vers d'autres cieux ! ...



Eh bien non apparemment ! Nul besoin d'un responsable pour veiller à ce que le nettoyage quotidien des plages de Lion sur mer à Ouistreham se passe dans les meilleures conditions, nul besoin de conforter, d'encourager la bonne surveillance des plages par la SNSM, nul besoin de présider l'opération "les sables animés" proposée par Caen la mer sur les trois plages du littoral, opération dont il se vante d'être le promoteur ! ...

Romain Bail a, juste avant de partir, pris soin d'interpeller le ministre de l’intérieur en raison de l'absence de CRS sur la plage... un comble pour qui brille par son absence !

Lors du passage de la communauté d'agglomération en communauté urbaine le 1er janvier 2017, Romain Bail se voit déjà présider l'office du tourisme intercommunal ! Monsieur Bruneau nous espérons que vous vous souviendrez de Romain Bail, le seul élu au tourisme, absent quand il y a touristes !

Un été sans maire à Ouistreham


Romain Bail est donc parti aux USA, avant la retransmission de la finale de l'Euro sur la plage. Une communication délirante, des invités VIP pour cette retransmission pour la modique somme de 100€ par personne, VIP qui n'ont brillé que par leur absence, laissant place aux conseillers municipaux, entre eux, regardant les administrés au travers d'un grillage une coupe de champagne à la main ! ... Pathétique...


 

Malheureusement, la ville a connu un drame avec le suicide d'un policier municipal, Cédric, sur son lieu de travail. Une tragédie qui a bouleversé les habitants.... Un maire aux Etats-Unis et un maire adjoint en charge de la sécurité, en Italie ! Ils sont revenus pour les obsèques... sans doute alertés par le climat délétère qui règne sur la ville !  

Le maire absent pour la traditionnelle cérémonie du 14 juillet au monument aux morts .... pendant laquelle Robert Pujol, un des rares adjoints disponibles, a bredouillé un message et demandé une minute de silence devant la famille de Cédric en état de choc. Peu de réconfort pour ce moment tragique.

Un Romain Bail absent encore pour gérer les gens du voyage qui ont envahi les 3 terrains de foot du stade "Petit bonheur".  

Il sera absent pour gérer la fête foraine, qui a généré bagarres et agressions l'année dernière et qui devient de moins en moins populaire...

Que voulez-vous il se lasse ce brave Monsieur Bail de ses étés ouistrehamais !

Romain Bail le maire qui fuit sa ville, qui abandonne la station balnéaire en plein été, alors, souhaitons lui bonnes vacances pendant cette vacance ! Have a good trip Mister Bail ! En ce qui nous concerne nous prendrons quelques semaines de congé mais avec un œil d'observateur et vigilant sur la ville. Nous resterons à votre écoute et nous lirons vos commentaires, vos messages, vos reportages...  Nous reviendrons bien reposés à la rentrée. Bonnes vacances à tous!
  

18 juillet 2016

Tous démunis et meurtris !


Le dernier coup de glaive d'un extrémiste sur la «Promenade des Anglais » de Nice nous interpelle tous et fait monter en nous un sentiment de peur face à ces actes commis par des êtres démoniaques et abjects au nom de codes religieux qui nous sont totalement étrangers. Des enfants, des jeunes et des moins jeunes, tous innocents ont été fauchés en quelques minutes. Que dire, que faire face à l'horreur ? Nous, nous vous proposons un texte de réflexion ci-après :

Face à de tels actes, il y a ceux qui savent ce qu’il aurait fallu faire pour éviter ce drame. Ceux qui savent ce qu’il faudrait faire pour que ce drame ne se reproduise pas. Il y a ceux qui disent qu’il faut poursuivre l’état d’urgence, ceux qui disent qu’il faut aller plus loin, et ceux qui disent que ça ne sert à rien. Il y a ceux qui polémiquent inutilement et ceux qui dénoncent ceux qui créent des polémiques inutiles. Il y a ceux qui savent ce qu’il aurait fallu dire ou montrer. Il y a ceux qui savent avant d’avoir des preuves. Il y a ceux qui nient même après.

S’il y a bien une chose que l’on sait, c’est que l’on ne sait rien. On ne sait plus rien. Il faut avoir l’humilité de le dire, de le reconnaître, l’accepter. Nous faisons face à une menace nouvelle et inconnue qui frappe encore d’autant plus fort qu’on la croit affaiblie. Notre logiciel commun pour tenter de comprendre le monde est cassé, les politiques devraient arrêter de parler comme s’il s’agissait de commenter et de proposer des recettes dont on sait qu’elles ne répondent pas aux inconnues qui se dressent devant nous. Nous sommes tous démunis. Le reconnaître, c’est aussi accepter de se mettre au niveau de l’autre pour réfléchir ensemble.
(Edito « Libération » du 17/07/2016 – David Carzon :
Lien)