14 février 2017

Coulé dans le bronze

Tonton Bédouin raconte...


La statue d'Aristide



Ses yeux de bronze octogénaires regardent le port, sans le voir, depuis 1937. Trônant au milieu d'un square tristounet à la végétation étique, le personnage semble s'ennuyer. Il l'a aimé pourtant ce port lorsqu'à la barre de la "Simounelle", il allait tirer des bords au large en taquinant le maquereau. 
Aristide Briand, onze fois Président du Conseil et vingt-six fois ministre de la IIIème République, un des promoteurs de la loi de 1905 sur la séparation de l’Église et de l’État fréquentait en effet Ouistreham où il possédait une petite maison de campagne au Maresquier. Celui qu'on surnommait l"Apôtre de la paix", celui qu'un autre aurait qualifié de "laïcard", rêvait aux États-Unis d'Europe mais n'avait pas prévu les conséquences de la crise de 1929, la montée du nazisme et de l'impérialisme japonais. Ses efforts inlassables semblent bien vains aujourd'hui mais c'est simple quand on connait la suite de l'Histoire...
Et en 1933 on ne la connaissait pas!

Souscription publique


Sa mort en avril 1932 plonge Ouistreham dans la consternation. L'homme était populaire, d'un abord facile et bien connu des habitants. Un charme certain lui assurait de nombreux succès féminins. Et pas que...On raconte que Jules Verne qui, semble-t-il, préférait la compagnie des jeunes gens à celle de sa femme Honorine épousée par convenance, s'était pris d'amitié pour le jeune Nantais de seize ans. L'auteur d'Autour de la lune, à cinquante ans serrait de près le lycéen Briand et l'invitait sur son yacht. Si Aristide en avait gardé un passion pour la mer, il semble qu'il n'y eu pas d'autre initiation. En tout cas l'histoire n'a pas retenu de détournement de mineur. On s'éloigne de Ouistreham, me direz-vous... On y revient rassurez-vous !
Alfred Thomas, maire de Ouistreham donc, souhaite compléter les hommages rendus au grand homme par la réalisation d'un monument immortalisant l'illustre résidant. L'école des filles sur le point d'être achevée, le boulevard qui longe la plage et le quai où était amarrée la "Simounelle" portent déjà le nom d'Aristide Briand, mais ça ne suffit pas et le conseil municipal lance le 25 août 1933 une souscription publique en mettant au pot cinq cents francs pour un médaillon ou un buste.

La statue de Ouistreham

Objectif atteint


Contrairement à d'autres financements participatifs beaucoup plus récents, planches, monument, bientôt église ou centre d'interprétation, celui de 1933 a rencontré un beau succès. Car le médaillon ou le buste prévus à l'origine se sont transformés en statue monumentale. Certes il ne s'agit pas d'un exemplaire unique car une statue identique figure dans le cimetière d'Hardencourt-Cocherel, près de la tombe du personnage, où elle a été inaugurée en 1934 par Albert Sarrault, Président du Conseil. L'auteur en est Emile-Oscar Guillaume (1867-1942), un sculpteur spécialisé dans les œuvres d'inspiration pacifiste; il a réalisé plusieurs allégories de la Paix ornant des monuments aux morts et quelques statues honorant Aristide Briand. La réalisation est signée Leblanc-Barbedienne, un célèbre fondeur parisien installé rue Lancry près du canal Saint-Martin.

La statue du cimetière de Cocherel
 Un air de famille, non?

Inauguration reportée


Primitivement prévue le 17 juin 1936, reportée à cause vraisemblablement des événements liés au Front populaire, l'inauguration du monument n'eut lieu que le 13 juin 1937. Présidée par Joseph Paul-Boncourt, ancien Président du conseil et ministre des Affaires étrangères, socialiste bon teint (il fut plus tard un des rares à s'opposer aux pleins pouvoirs votés à Pétain), il est à l'époque délégué permanent auprès de la Société des Nations. Pour l'inauguration il est assisté de Théodore Tissier, vice président du Conseil d’État et président des "Amis d'Aristide Briand", fidèle parmi les fidèles du regretté homme d’État.
La statue échappera de peu aux réquisitions de l'occupation. Ce fut une des rares du département avec Guillaume à Falaise ou Du Guesclin à Caen à ne pas terminer dans les creusets de l'occupant. Si la sauvegarde des deux premiers tient à leur attitude face aux Anglais, la survie de l'effigie d'Aristide est la "récompense" des efforts de réconciliation entre la France et l'Allemagne que son modèle avait entrepris après le premier conflit mondial.


La statue du cimetière de Cocherel
Rien à envier à Ouistreham en matière de décoration florale!

10 février 2017

La scoumoune au musée !

Romain Bail et la poisse ? Un nouvel exemple ? 

Rappelons-nous le voyage mystérieux de notre édile et de son adjoint, M. Hitier, à Helsinki, capitale de la Finlande pour un séjour relatif aux partenariats public /privé en avril 2016. Nous pensons qu'ils ont embarqué avec un chat noir dans la soute à bagages ...



Lors de leur courte escapade, nous sommes prêt à parier que Romain Bail a serré la main ou a croisé la route d'une ou plusieurs des personnes responsables du projet de musée Guggenheim (lien) dans cette petite capitale du Nord de l'Europe. Pourquoi vous dites-vous ? Et bien parce que ce projet de musée fort coûteux de 130 millions d'euros, après 6 ans de déboires, vient d'être définitivement abandonné en décembre 2016 donc quelques mois après le passage de la fine équipe ouistrehamaise ! Quelle malchance, quelle guigne ! 


Guggenheim Helsinki : le projet gagnant d'un cabinet franco-japonais

Les Finnois, face aux restrictions économiques qui leur sont imposées, ont préféré renoncer à un coûteux partenariat entre la ville d'Helsinki et la fondation Guggenheim qui leur louait un concept de musée « clés en main » pour un loyer phénoménal (lien). Un majestueux concours d’architecte avait pourtant été lancé et remporté par un couple franco-japonais pour un projet en front de mer (lien). Des centaines de milliers d'euros dépensés en pure perte par les contribuables finnois qui peinent pourtant à se relever de la crise financière et à qui on réclame moult sacrifices... Cela ne vous rappelle rien ? Le hasard bien sûr car le projet de musée de Ouistreham paraît bâti, lui, sur des bases solides non ? A moins que Tursas (lien) la gargantuesque pieuvre de la mythologie finlandaise ne sorte des flots de la Manche et qu'elle n'engloutisse le projet à son tour...

En attendant, en découvrant les figures de la mythologie finlandaise on y surprend un étrange petit personnage: le Menninkäinen, moustachu, portant un chapeau pointu,vivant dans la forêt et qui aime rechercher des objets brillants...mais on va encore nous dire que l'on écrit n'importe quoi ! Simple hasard évidement !

Le Menninkäinen finlandais et la photo du profil Facebook de Mr Fricout.

06 février 2017

Un questionnaire sous influence ?

Avertissement : la lecture de cet article n'est pas des plus aisée au regard du sujet abordé. Nous vous invitons à cliquer sur tous les liens proposés pour bien prendre la mesure des éléments et suivre notre parcours...


Peu avant la période des fêtes les Ouistrehamais ont reçu dans leurs boîtes aux lettres trois exemplaires de la communication municipale à savoir : "l'avenir ensemble" puis "le cap" et enfin le "tract du comité des sages". Ces documents étaient complétés quelques jours plus tard par un article dans le Ouest France (lien).

Questionnaire aux habitants 2015


Contrairement aux sages qui nous emmènent dans un futur hypothétique c'est un voyage dans le passé que nous vous proposons. Souvenez-vous, il y a plus d'un an, la municipalité avait envoyé un questionnaire aux habitants, à grand renfort de publicité, dont le but déclaré était de collecter les attentes des Ouistrehamais avant d'élaborer des projets. Le "Grand chantier de petits travaux" au programme de R. Bail candidat, était dans les oubliettes ! Place à l'exploration orientée des besoins. 

Mais certains avaient découvert avant la réunion de présentation des résultats du 15 décembre 2015 que le questionnaire n'était autre qu'un "copié-collé" de celui de Brive où une initiative similaire avait été mise en place cinq mois plus tôt. Beaucoup avaient trouvé que quelque chose sonnait faux dans cette démarche. Un article avait été publié (lien), et la suite leur donnera raison.


Le questionnaire de Brive
le document original se trouve ici:(Lien)


Le questionnaire de Ouistreham le document original se trouve ici:(Lien) 

Vous noterez que sur le document distribué à Ouistreham figurait la mention:



Étonnant pour un document et une démarche entièrement identiques à ceux de Brive? Justement à Brive, lors de la présentation des résultats, le maire était accompagné d'un représentant d'une agence de communication parisienne nommée "Com’Publics" dont l'objet est : « communication institutionnelle et lobbying ». Cette agence très réputée est dirigée par Monsieur Marc Teyssier d’Orfeuil, bien connu du milieu politique et de celui des affaires pour son efficacité et son sérieux  (lien).

"Com’ Publics" 

Monsieur Marc Teyssier d'Orfeuil , que fait donc ce Monsieur dans la vie? Cliquez donc sur le lien pour le savoir!: (lien)  "C'est donc à cet homme d'influence que les rois du bâtiment font appel pour faire la promotion des PPP", le journaliste est clair. En consultant le site de l'agence on en apprend un peu plus...

(lien)


(lien)

Notez le dernier terme surligné, « outil d'influence ». Le questionnaire que vous avez eu entre les mains ne serait-il pas ce type d'outil ? On consulte la population pour faire passer la pilule, augmentations d'impôts ou partenariats public/privé ? Heureusement nous apprenons sur le site que "L’agence est engagée dans une démarche systématique de transparence et de clarté auprès de ses clients, des pouvoirs publics et des institutions." !

A Ouistreham Romain Bail, lui, certainement très pris par ses voyages, a tout simplement oublié de faire preuve de transparence pour les PPP. Mais LPB, en toute transparence, vous invite à consulter le site du club des PPP créé par ce Monsieur Teyssier d'Orfeuil (club des PPP ) ou encore (Rencontres internationales des PPP).  

Monsieur Teyssier d’Orfeuil est en effet le cofondateur de ces rencontres internationales des PPP auxquelles Romain Bail a participé pour la 9éme édition en 2016. Il a même été interviewé à la fin d'un article (lien) relatant ces rencontres, véritable outil promotionnel des PPP. Au passage un simple coup d'œil aux partenaires de ces rencontres est d'ailleurs édifiant.

Capture écran partenaires 9éme rencontres PPP

Revenons à Ouistreham !


Les résultats du questionnaire ouistrehamais ont été fièrement présentés par notre maire, au cours d'une réunion. Là encore simple "copié-collé" de ceux de Brive... Dans cette ville le maire a fait des prospectives sur 20 ans et dans l'éditorial du magazine municipal il arrive à une conclusion qui tient en trois lettres PPP ! Il est vrai que Frédéric Soulier est un fervent défenseur de ce type de financement.

Edition sept2016 du magazine municipal de Brive , éditorial (lien)

Les sages de Ouistreham qui imaginent eux aussi "les contours de la ville pour les 20 prochaines années " dans leur tract du mois de décembre 2016 identifient comme levier du changement ... oh surprise... les partenariats public/privé !



Heureusement en bas du document il est écrit




Le tract de "l'avenir ensemble" distribué peu avant était tout aussi clair puisque c'était le but principal de sa diffusion dans les boîtes aux lettres. Hors du partenariat public/privé point de salut! Quelle incroyable convergence d'idées non? Pour rappel :(lien)


Soyons clair, ce matraquage publicitaire n'a qu'un seul but, convaincre à tout prix la population que seul un PPP peut sauver la ville. Tout ceci sous couvert de pseudo consultation et de pseudo associations pilotées par Mister Bail et ses "organes de propagande ".

En conclusion


Cette démarche présentée comme une initiative citoyenne n'était qu'une vaste farce destinée à promouvoir le PPP. Sérieusement pouvait-on tirer des conclusions des réponses de 10 % de la population essentiellement retraitée ? Stationnement payant, centre d'interprétation franco-britannique ... décisions contestées par les habitants sont gommés et semblent sans conséquences !

Voilà une nouvelle et magistrale démonstration de mépris pour la population... simuler une consultation citoyenne pour faire accepter l'idée que les partenariats public/privé sont la seule voie pour gérer les projets d'une ville. Hors de Vinci/Bouyges/Véolia les trois acteurs principaux des PPP, point de salut ! Et pour conforter le tout sur le site de la mairie, les résultats de ce questionnaire figurent sous l'onglet « citoyenneté-démocratie-participative » (lien) c'est dire si Romain Bail adore manipuler les gens !  Combien de personnes étaient au courant de cette farce méprisante pour la population, en voila une p.....n de question ! 

Pour notre part pas besoin de questionnaire pour savoir quelles sont les priorités pour notre ville : que l'équipe municipale sans morale et sans respect de l'argent public avec à sa tête un ridicule adepte de Machiavel...  s'en aille.